Plein écran
© AFP

L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années

Il y a environ 3,5 milliards d'années, l'eau des lacs et des rivières de la planète Mars s'est évaporée "du fait de fluctuations climatiques", selon une étude publiée lundi dans Nature Geoscience.

Il est largement admis que la planète rouge a possédé dans le passé de l'eau en abondance sous forme liquide, avec des lacs, des rivières et même peut-être un vaste océan qui couvrait la plupart des plaines du nord de la planète. Mais cette eau liquide a disparu sans que l'on sache réellement pourquoi ni comment. 

Pour y voir plus clair, William Rapin du California Institute of Technology aux États-Unis et ses coauteurs ont étudié des données du rover américain Curiosity récoltées en 2017 dans le cratère de Gale, vieux d'environ 3,5 milliards d'années.

"Un moment crucial de l'histoire de Mars", selon l'étude. "Nous savons que durant cette période l'environnement de Mars était en train de changer radicalement. Son atmosphère était activement érodée par le vent solaire", explique à l'AFP William Rapin. "Nous sommes convaincus que cela a profondément altéré son climat", ajoute le chercheur. 

Or l'analyse de centaines de mètres de couches géologiques distinctes effectuées dans le cratère de Gale met "en évidence la présence intermittente de dépôts de sels dans la roche sédimentaire", laissant supposer l'existence de périodes de forte évaporation de l'eau à cette époque.

"Nous découvrons une réalité faite de fluctuations climatiques, entre des périodes humides et sèches, qui nous informe à la fois sur les types d'ions disponibles dans l'eau liquide qui s'écoulaient à la surface, et aussi sur le type de changements environnementaux que la vie aurait dû affronter si elle existait sur Mars en ces temps", conclut William Rapin.

  1. Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

    Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopi­ques dans l'espace

    Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.