Plein écran
© NASA

L'invention qui a sauvé des vies plusieurs jours après la catastrophe au Népal

Un prototype, de la taille d'une valise, a permis de retrouver quatre personnes sous les décombres plusieurs jours après le tremblement du terre survenu le 25 avril au Népal. Développé par la NASA, il est capable de détecter les battements du coeur.

Il se nomme FINDER (Finding Individuals for Disaster and Emergency Response) et comme son nom l'indique, ce prototype développé par la NASA a pour objet de retrouver des survivants coincés sous les décombres après une catastrophe.

Le principe est simple. Il contient un radar micro-ondes qui permet de mesurer les battements du coeur et de localiser des survivants ensevelis, comme ce fut le cas après le dramatique tremblement de terre du 25 avril dernier au Népal. Deux exemplaires de cet outil miracle de la taille d'une valise ont été envoyés le 29 avril au Népal pour assister les équipes de secours.

Sous 3 mètres de décombres
En phase-test, FINDER a réalisé son premier miracle en localisant des hommes, piégés sous les décombres durant plusieurs jours dans le village de Chautara. Au total, quatre personnes ont été secourues, dont deux enfouies sous 3 mètres de décombres. 

Subtil, FINDER est apte à différencier les battements cardiaques humains à ceux d'autres êtres vivants. Mieux encore, il peut sauver des victimes inconscientes. D'après la NASA, l'appareil est capable de détecter le signe de vie d'une personne à une distance maximale de 9 mètres sous les gravats, 6 mètres sous du béton et 30 mètres en espace ouvert.

Développé avec des partenaires privés, FINDER est en phase de finalisation et sera bientôt disponible à l'achat pour les équipes et organisations de secourisme du monde entier. Et permettra de sauver certainement d'autres vies.

  1. Le lancement du nanosatellite belge Qarman reporté d'une semaine
    Mise à jour

    Le lancement du nanosatel­li­te belge Qarman reporté d'une semaine

    La Station spatiale internationale (ISS) devait lancer ce mercredi le nanosatellite Qarman développé par l'institut Von Karman de dynamiques des fluides (VKI) basé à Rhode-Saint-Genèse, avait indiqué l'Agence spatiale européenne (ESA). Mais l’opération a dû être reportée d'une semaine à cause des problèmes survenus lors du lancement de Cyrus, nous indique la compagnie. La date exacte sera communiquée prochainement.