Plein écran
© ap

La dépouille du dernier roi de Yougoslavie rapatriée en Serbie

La dépouille du dernier roi de Yougoslavie Pierre II Karadjordjevic a été rapatriée mardi des Etats-Unis, où il est décédé en 1970, pour être inhumée prochainement dans le mausolée de la famille royale de Serbie, à Oplenac (centre), ont annoncé les autorités serbes.

Plein écran
© ap

Exhumée jeudi de la tombe du monastère serbe orthodoxe Saint Sava à Libertyville (Illinois, Etats-Unis), la dépouille de Pierre II est arrivée par avion à l'aéroport de Belgrade, où étaient notamment présents son fils Alexandre Karadjordjevic et le Premier ministre serbe Ivica Dacic.

La dépouille a été ensuite déposée à l'église Saint André du palais royal des Karadjordjevic à Belgrade, où le patriarche Irinej a célébré un office. Elle restera dans cette église jusqu'aux funérailles qui auront lieu, fort probablement au printemps, à une date qui reste à être précisée, selon le Comité chargé d'organiser le rapatriement du dernier roi yougoslave.

En février 2012, Alexandre Karadjordjevic avait demandé aux autorités serbes de permettre le rapatriement des restes de son père et leur inhumation en Serbie natale. Pierre II Karadjordjevic est le troisième et dernier roi de la Yougoslavie. Son père, le roi Alexandre I, a été assassiné à Marseille en 1934, mais comme Pierre II n'avait que 11 ans à l'époque, c'est son oncle, le prince Pavle, qui a régné sur la Yougoslavie jusqu'au printemps 1941.

Pierre II est devenu roi le 27 mars 1941, après que Pavle eut été déchu en raison de la conclusion d'un pacte avec l'Allemagne nazie. Pierre II avait été néanmoins contraint de fuir le pays quelques semaines plus tard, juste après l'invasion de la Yougoslavie par l'armée allemande. Le régime communiste yougoslave, venu au pouvoir après la guerre, a interdit le retour de la famille royale et confisqué leurs biens.

Plein écran
© ap
  1. Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

    Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopi­ques dans l'espace

    Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.