Plein écran
© thinkstock

La peur des serpents et des araignées serait inscrite dans notre ADN

Ne luttez plus contre votre phobie. Selon une récente étude publiée dans la revue Frontiers in Psychology, la peur des serpents et des araignées serait innée.

Plein écran
Dilatation des pupilles en millimètres selon le temps en secondes. À partir de 5 secondes, l'image disparaît pour être remplacée par un écran blanc. © Max Planck Institute for Human Cognitive and Brain Sciences (MPI CBS)

Si le simple fait de penser à une araignée, ou de voir un serpent filer entre vos pieds vous effraie, ce n'est sans doute qu'une question de génétique. La peur de ces petites bêtes serait en effet ancrée dans le cerveau humain dès le plus jeune âge.

Quatre chercheurs de l'institut Max Planck de Leipzig, en Allemagne, de la faculté de psychologie de Vienne, en Autriche et du département de psychologie d'Uppsala, en Suède, ont travaillé avec 32 bébés de six mois afin de déterminer si la peur des araignées et des serpent était innée ou acquise. Etonnement, ils ont observé des signes de stress face à ces animaux.

Lors de leur expérience, les scientifiques ont montré aux nourrissons des images d'araignées, de serpents, mais aussi de fleurs et de poissons, toutes de la même taille et de la même couleur. Face aux images de serpents et d'araignées, les pupilles des bébés s'élargissaient significativement - signe de l'activation du système noradrénergique du cerveau lié au stress et à la vigilance.

"Cette réaction de stress héritée nous prédispose à percevoir ces animaux comme dangereux ou dégoûtants. Quand ce phénomène est accompagné d'autres facteurs plus éloignés, il peut vite se transformer en une vraie peur voire une phobie", explique Stephanie Hoel, l'une des auteurs de cette étude. L'appréhension innée ressentie face à ces animaux pourrait donc ensuite être accentuée par la phobie d'un parent.

Une peur vieille de plusieurs millénaires
La peur de ces animaux en particulier se serait transmise au fil des millénaires, les serpents et les araignées vivant aux côtés des Hommes depuis toujours. En effet, de précédentes études ont prouvé que les enfants ne présentent aucun mécanisme de réaction automatique face à des images d'animaux dangereux plus "récents", comme les rhinocéros ou les ours, ou à des objets (couteaux, seringues). La preuve que le cerveau humain n'a pas encore intégré ces éléments comme étant dangereux. 

"Pour les risques modernes comme les couteaux, les seringues ou les prises, c'est le même problème. Ces objets n'existent que depuis peu de temps, et il n'y a pas encore eu assez de temps pour établir des mécanismes de réaction dans le cerveau depuis la naissance", explique-t-on dans l'étude. La peur instinctive des araignées et des serpents découlerait donc de celle de nos ancêtres.