Plein écran
Christina Koch et Jessica Meir. © EPA

La première sortie spatiale 100% féminine jeudi ou vendredi

Après avoir été annulée faute de combinaisons spatiales de la bonne taille en mars dernier, la première sortie dans l'espace de deux femmes astronautes aura finalement lieu jeudi ou vendredi cette semaine, a annoncé la Nasa mardi.

Les Américaines Christina Koch et Jessica Meir sortiront ensemble de la Station spatiale internationale (ISS), dans le vide, pour remplacer un système de recharge des batteries électriques.

De nombreuses femmes astronautes ont participé à des sorties spatiales depuis l'ISS, mais toujours avec un homme. L'annonce en mars que pour la première fois deux femmes, Christina Koch et Anne McClain, composeraient une équipe avait été présentée comme un événement. 

Une histoire de taille

Mais quelques jours auparavant, un coéquipier masculin, Nick Hague, avait dû remplacer Anne McClain au programme, car une seule combinaison de la taille convenant aux deux femmes était prête à l'emploi à bord, ce qui avait provoqué une volée de critiques contre l'impréparation de l'agence spatiale.

Anne McClain est entre temps revenue sur Terre, et Jessica Meir a rejoint l'ISS en septembre. La Nasa avait décidé de programmer leur sortie le 21 octobre au départ, puis l'agence l'a avancée à cette semaine après avoir reporté d'autres sorties.

L'ISS compte actuellement six membres d'équipage: trois Américains (Christina Koch, Jessica Meir, Andrew Morgan), deux Russes (Alexander Skvortsov, Oleg Skripochka), et l'Italien Luca Parmitano.

Les sorties spatiales durent plusieurs heures et sont relativement fréquentes. Elles servent à assurer la maintenance de la station orbitale, assemblée à partir de 1998 et alimentée en énergie par de grands panneaux solaires. Les nombreuses batteries sont notamment en train d'être remplacées. 

  1. Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

    Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopi­ques dans l'espace

    Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.