Plein écran

Le "baiser de Times Square" est une agression sexuelle

VideoLa célèbre photo "Victory over Japan Day", rebaptisée le baiser de Times Square, serait une agression sexuelle. Le marin, en état d'ébriété, aurait embrassé de force une infirmière trouvée sur son chemin.

Ce cliché date du 14 août 1945. Le jour de la capitulation du Japon face aux Etats-Unis mettant un terme définitif à la Seconde Guerre mondiale. Ce jour-là, Alfred Eisenstaedt immortalise un baiser échangé sur Times Square qui deviendra l'une des photographies les plus connues au monde. Pourtant, une information, reprise par Slate, révèle que contrairement aux apparences, il ne s'agit pas d'une scène de joie mais d'une agression sexuelle.

"Comme dans un étau"
Cette théorie émane, d'après Slate, d'une blogueuse de "Crates and Ribbons". Cette dernière a analysé les articles de presse parus en mai dernier à l'occasion de la sortie de "The Kissing Sailor" qui perce le mystère de cette fameuse photo. On apprend que les deux "amoureux", George Mendosa et Greta Zimmer Friedman, n'étaient pas en couple et ne se connaissant même pas. On apprend qu'accompagné de sa petite amie, Mendosa célébrait dans l'euphorie et l'alcool la fin de la guerre. Marchant sur Times Square, il aurait foncé sur la jeune femme et l'aurait embrassée de force. Les propos de Greta Zimmer Friedman, recueillis à la sortie du livre, sont sans équivoque. "Je ne l'ai pas vu approcher, et avant que je comprenne ce qui se passe, je me suis retrouvée comme dans un étau. Je n'ai pas choisi d'être embrassée. Le mec est juste arrivé et m'a attrapée! (...) Cet homme était très fort, je ne l'embrassais pas, c'est lui qui m'embrassait".

Plein écran
En 2010, des centaines de couples avaient commémoré le 65e anniversaire du célèbre baiser sur Times Square. © photo_news

"Bégueule rabat-joie"
Dans une autre interview, accordée au Veterans Historic Project,  Friedman décrit l'ambiance qui régnait ce jour-là dans les rues new yorkaises. "Ils étaient contents, ils ne devaient pas repartir à la guerre. Ils en avaient assez! On s'est rendu compte que beaucoup de femmes ont été embrassées par des marins ce jour-là... pour fêter ça". Une version confirmée par le photographe qui, à l'époque, avait précisé que "le matelos fendait la foule et embrassait toutes les femmes sur son chemin".

Ces déclarations, selon "Crates and Ribbons", accréditent la thèse de l'aggression sexuelle. "D'une certaine manière, je peux le comprendre; le fait que cette photo qu'on adore tous décrit une agression sexuelle, et pas de la passion, et une vérité inconfortable, et en parler peut vous faire passer pour un bégueule rabat-joie. Après tout, ce marin a risqué sa vie pour son pays. Son excitation et son soulagement sont justifiés, non? Ce sont des circonstances uniques, non? La réponse à cette première question est oui. Il a parfaitement le droit d'être en extase. En revanche, ce droit ne veut pas dire qu'il peut empiéter sur l'autonomie corporelle de quelqu'un d'autre".

Cette scène culte a fait l'objet de nombreuses commémorations. En 2010, 65 ans après jour pour jour, des centaines de volontaires ont reproduit l'étreinte au pied de la statue du fameux baiser. Symbole de la victoire des Etats-Unis sur le Japon, il prend désormais une signification nettement moins glorieuse.