hh
Plein écran
hh © Getty Images

Le lait maternel peut-il protéger les personnes âgées vulnérables contre le Covid-19?

Le lait maternel peut-il être utilisé comme traitement contre le coronavirus? C’est ce que pensent les chercheurs de l’UMC (University Medical Centres) d’Amsterdam. Ils cherchent à savoir si les mères qui ont eu une infection Covid-19 ont des anticorps contre le virus dans leur lait maternel. Ce lait pourrait ensuite être consommé par les groupes vulnérables, comme les personnes âgées et les jeunes bébés, pour les protéger contre le virus.

“C’est une image peut-être étrange, des personnes âgées qui boivent du lait maternel”, convient la chercheuse Britt van Keulen. “Mais si elle protège contre un virus mortel, nous devons surmonter cet embarras.”

Britt Van Keulen travaille comme médecin à la Banque du lait maternel néerlandais de l’UMC d’Amsterdam et participe à une nouvelle étude. “Nous savons déjà que le lait maternel protège les nouveau-nés contre les infections des voies respiratoires. C’est parce qu’il y a des anticorps dans le lait maternel. Par l’allaitement, la mère transmet ses propres anticorps à son enfant”. 

Elle s’attend à ce que le même effet se produise chez les mères récemment guéries du coronavirus. Dans leur lait maternel, des anticorps contre le virus seraient présents.

Le SRAS comme point de repère

Elle s’appuie sur des informations concernant une femme enceinte lors de l’épidémie de SRAS en 2003. “Cette femme a été gravement infectée par le virus du SRAS et a donné naissance à un bébé en bonne santé à 38 semaines. On a découvert que le lait de sa mère contenait des anticorps contre le virus du SRAS. Si vous savez alors que le coronavirus est très similaire au virus du SRAS (ndlr, ils sont de la même famille) alors je pense que les anticorps de ce virus finissent aussi dans le lait maternel”.

Dans une nouvelle étude, le médecin-chercheur va effectuer des tests sur trente femmes qui ont eu une infection avérée par Covid-19 et qui allaitent. “Ma boîte aux lettres est inondée de mères qui ont eu des symptômes qui ressemblent fortement au coronavirus, mais nous cherchons vraiment des femmes qui ont eu une infection avérée par Covid-19.”

Lorsque les chercheurs d’Amsterdam auront montré qu’il y a effectivement des anticorps du coronavirus dans le lait maternel, la grande question sera de savoir s’il reste suffisamment d’anticorps actifs lorsque le lait maternel est pasteurisé. “Le fait de chauffer le lait maternel est nécessaire car il tue les agents pathogènes. À la Banque du lait maternel, nous le faisons toujours avec du lait maternel avant de le donner aux autres enfants. Il ne fait aucun doute que des anticorps seront perdus, mais nous pensons, sur la base d’études antérieures, qu’il en restera suffisamment”.

“Nous devrons faire des choix”

Quel groupe vulnérable bénéficierait d’une injection de lait maternel? La scientifique est la première à penser aux personnes âgées vulnérables, qui sont les plus touchées par cette crise. Mais aussi aux bébés prématurés ou aux enfants présentant des anomalies congénitales. “Ces enfants sont vulnérables aux infections des voies respiratoires, et avec ce lait, ils peuvent être mieux protégés.”

Donner à tous les plus de 80 ans aux Pays-Bas un verre de lait maternel au petit déjeuner n’est pas une option réalisable, avertit-elle. “La chose la plus importante à faire serait de donner le lait à toutes les personnes âgées de manière préventive, donc avant qu’elles ne tombent malades. Mais il faut alors une quantité incroyable de lait provenant de mères qui ont eu l’infection. Cela ne fonctionnera pas.”

Si cette méthode fonctionne, nous devrons faire des choix. Par exemple, donner le lait en premier lieu aux personnes âgées présentant des symptômes légers de coronavirus ou aux résidents vulnérables d’un service d’infirmerie où une épidémie de coronavirus vient d’être diagnostiquée”, ajoute-t-elle.

Une image étrange

La chercheuse ne veut pas prédire la quantité de lait qui sera nécessaire par personne. “Nous sommes maintenant habitués à donner un verre par jour aux prématurés. Un corps adulte aura probablement besoin de plus”.

Elle revient à cette étrange image de personnes âgées buvant un verre de lait maternel. “Pourquoi devrions-nous en rire? Le lait du supermarché provient également d’une autre personne, à savoir d’une vache qui se promène dans un pré avec de la boue sur ses pis. Nous avons aussi généralement accepté cette image. Alors pourquoi le lait provenant du sein d’une mère propre serait-il fou?”, conclut-elle.