Plein écran
Le petit Laurent Simons devrait bientôt s'asseoir sur les bancs du prestigieux MIT aux Etats-Unis. © AFP

Le petit génie belge a déjà trouvé une autre unif, et pas n’importe laquelle

Selon ses parents, Laurent, le petit prodige belge de neuf ans qui épate le monde entier, devrait bientôt traverser l’Atlantique et poursuivre ses études au sein d’une prestigieuse université américaine. “La meilleure du monde”, a confié son père à la télévision néerlandaise.

Comme nous vous le rapportions ce mardi, Laurent, le surdoué belge haut comme trois pommes, va quitter l’université de technologie d’Eindhoven où il était inscrit en génie électrique. Ce sont ses parents qui ont pris la décision de retirer leur enfant de l’institution après un conflit qui les oppose à l’université.

Finir son cursus dans six mois? Impensable pour les parents

Officiellement, le problème réside dans le fait que les parents de Laurent souhaitaient que leur enfant obtienne son diplôme avant son dixième anniversaire, le 26 décembre. Or, l’université leur a affirmé que ce n'était pas possible, compte tenu du nombre d'examens que le jeune Ostendais devait passer. Le recteur lui a donc proposé un plan d’étude qui l’aurait vu achever son cursus à la moitié de l’année prochaine. Impensable pour les parents.

“La question pour nous n’était pas que Laurent obtienne à tout prix son diplôme avant ses dix ans, ont toutefois nuancé ses parents à nos confrères du journal Het Laatste Nieuws. “Mais cela aurait été fabuleux qu’il se lance dans un nouveau cycle en janvier, éventuellement dans une autre université.”

Justement, le petit surdoué, courtisé par les universités les plus prestigieuses du monde, devrait selon toute vraisemblance poursuivre ses études de l’autre côté de l’Atlantique.  C'est en tout cas ce qu’a indiqué son père à la télévision néerlandaise mardi soir. Par souci de confidentialité, Alexander Simons n’a pas pu dévoiler le nom de l’institution, si ce n’est qu’il s’agit d’une université américaine, “la meilleure du monde”, a-t-il assuré. Des accords ont d’ores et déjà été conclus entre l’université et les parents, mais il est trop tôt pour en parler, a encore déclaré le père de Laurent.

Plein écran
Laurent Simons pose avec ses parents Alexander et Lydia. © AFP

Un problème culturel aux Pays-Bas?

Laurent Simons se réjouit à l’idée que son fils étudie aux États-Unis, un pays qui, selon lui, encourage davantage les surdoués à s’asseoir rapidement sur les bancs universitaires. ”Même des enfants nettement moins intelligents que Laurent”, a-t-il souligné.

Le papa de Laurent est également revenu sur les problèmes rencontrés par son fils à l’université d’Eindhoven. Des soucis qui s'expliquent en partie par les différences culturelles qui existeraient entre Flamands et Néerlandais. “Les étudiants hollandais sont insolents. Laurent, lui, est timide”, affirme son père. “Lorsqu’il a une question, il frappe à la porte de son professeur et il lui demande s’il dispose de quelques minutes, mais il est directement renvoyé. Laurent n’arrivait pas à gérer cette énergie négative qui régnait autour de lui”, explique son papa.

Direction le MIT?

D’après son père, Laurent sait exactement ce qu’il veut faire plus tard. “Il ne souhaite pas exercer une profession en particulier mais devenir scientifique”, dit-il. On l’a déjà écrit, le petite garçon aimerait fabriquer des organes artificiels pour pouvoir prolonger la vie, et aider les patients cardiaques, tels que ses grands-parents.

Dans cette optique, il serait logique pour Laurent d’étudier au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Cambridge, près de Boston. Une université parmi les plus prestigieuses au monde et spécialisée dans les domaines de la science et de la technologie. S’il s’avère que le petit Laurent s’envolera bientôt pour la côte Est des États-Unis, ses parents feront également partie du voyage, ont-ils indiqué hier soir.

Plein écran
Le célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT) figure parmi les universités et instituts de recherche les plus prestigieux au monde. © AP