Plein écran
© ap

Le sang-froid du cosmonaute russe malgré la défaillance de sa fusée

Le cosmonaute russe Alexeï Ovtchinine a conservé un calme impérial jeudi lors de la défaillance après le décollage d'un moteur de la fusée Soyouz, qui devait le transporter aux côtés de l'astronaute américain Nick Hague vers la Station spatiale internationale (ISS).

Plein écran
© ap
Plein écran
© reuters
Plein écran
© ap
Plein écran
© afp

"Problème de lanceurs, deux minutes 45 secondes. Problème de lanceurs. C'était un vol rapide! ", a lancé Alexeï Ovtchinine d'une voix parfaitement calme pendant la retransmission en direct du décollage.

Second vol dans l'espace
Il s'agit du second vol dans l'espace pour ce scientifique russe de 47 ans, qui avait passé 172 jours dans l'espace en 2016. À peine deux minutes après le décollage, la défaillance d'un des moteurs de la fusée a obligé les deux hommes à retourner en urgence sur Terre au lieu de poursuivre leur voyage vers l'ISS.

Au moment de l'incident, Nick Hague et Alexeï Ovtchinine voyageaient à près de 7.563 km/h, selon la Nasa. Équipée de parachutes, leur capsule les a ramenés sur Terre mais les deux hommes ont été soumis à une très forte pression.

Atterrissage forcé
Récupérés par les secours quelques minutes après leur atterrissage forcé, ils ont été évacués vers Jezkazgan, une ville de 80.000 habitants distante d'une vingtaine de kilomètres. Roskosmos a ensuite publié sur Twitter une photo des deux hommes assis apparemment détendus sur un canapé, tandis que des médecins prenaient leur pression artérielle.

Les cosmonautes et astronautes font l'objet d'un entraînement éprouvant avant toute mission dans l'espace, avec notamment des passages dans une centrifugeuse et des exercices en apesanteur, destinés avant tout à leur apprendre à maîtriser leurs émotions.

  1. Envie de baptiser une exoplanète ? Tentez votre chance

    Envie de baptiser une exoplanète ? Tentez votre chance

    À l'occasion de son 100e anniversaire, l'Union astronomique internationale a lancé un concours pour permettre à chaque pays dans le monde de donner un nom à une exoplanète et à son étoile hôte. Le système sélectionné pour la Belgique est celui auquel appartient l'exoplanète actuellement désignée sous l'identifiant "HD 49674 b". Particuliers, associations et écoles sont invités à soumettre leurs propositions avant le 15 août prochain.