Plein écran
Cette photo a été prise à 24 millions de kilomètres du soleil. © EPA

Le soleil comme vous ne l’avez jamais vu

Grâce à la NASA, nous pouvons aujourd'hui découvrir le soleil comme nous ne l’avons jamais vu. L’agence spatiale américaine a publié samedi de nouvelles images de la plus grande étoile de notre système solaire prises par la sonde Parker Solar Probe. Jamais auparavant une construction humaine ne s’était aventurée si près du soleil.

La sonde spatiale Parker Solar Probe a été lancée dans l’espace en 2018 afin de découvrir les mystères du soleil. La sonde a pour objectif de s’approcher à environ 6,2 millions de kilomètres de notre étoile. Une distance qui peut nous sembler énorme, et qui est pourtant très petite à l’échelle cosmique. À titre de comparaison, Mercure, qui est la planète la plus proche du Soleil, se trouve à environ 58 millions de kilomètres de lui. 

La photo en tête d’article, qui vient tout juste d’être publiée par la Nasa, a ainsi été prise à une distance de 24 millions de kilomètres du soleil. 

D'ici 2024, la sonde devrait enfin voler dans la couronne solaire, la partie la plus externe de l’atmosphère solaire que l’on peut apercevoir depuis la Terre lors d'une éclipse solaire. En attendant d’en découvrir ses secrets, les scientifiques ont déjà appris beaucoup de choses sur notre astre,  et notamment sur son énigmatique vent solaire.

Ce flux de particules ionisées libérées par le Soleil prend naissance dans les couches hautes de son atmosphère. Il peut être senti jusque sur Terre, où ses tempêtes peuvent perturber le réseau électrique ou provoquer des pannes de satellites.

Plein écran
Een artistieke impressie van Parker en de zon voor zijn lancering. © EPA
Plein écran
© AP
Plein écran
La sonde Parker Solar Probe a été lancée en 2018. © AFP
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© EPA
  1. Le nanosatellite belge Qarman mis en orbite avec succès
    Play

    Le nanosatel­li­te belge Qarman mis en orbite avec succès

    Le nano-satellite QARMAN, entièrement conçu et construit par l’Institut von Karman (VKI) à Rhodes-Saint-Genèse, a été mis en orbite avec succès à partir de la Station spatiale internationale mercredi, a annoncé le VKI dans un communiqué. Ce satellite entamera sa descente pendant sept mois avant d’entrer à nouveau dans l’atmosphère, où il collectera et transmettra des données sur la manière dont les débris se désintègrent dans l’atmosphère. L’objectif principal de cette mission est de viser le zéro débris spatial.