Plein écran
© EPA

Les astronomes le redoutaient: les satellites d’Elon Musk gâchent la vue des télescopes

Elon Musk a pour objectif d’envoyer des milliers de satellites de télécommunication dans l’espace pour rendre l’internet à haut début accessible à tous. Mais ce plan déplait fortement aux astronomes, qui dénoncent la pollution lumineuse engendrée par ces satellites qui perturbent leurs observations de l’espace.

Au début du mois, Space X, la société spatiale américaine d’Elon Musk, a lancé un deuxième groupe de mini-satellites dans sa constellation Starlink. Cette constellation, qui pourrait compter jusqu’à 42.000 appareils, a pour objectif de fournir de l’internet à haut débit dans le monde entier, et ce même dans les régions les plus éloignées du monde, où Internet est actuellement inaccessible, peu fiable ou trop cher. 

Controverse

Une soixantaine de satellites de SpaceX ont été envoyés dans notre atmosphère à une altitude d’environ 550 kilomètres.  Au total, 120 d’entre eux flottent donc au-dessus de notre tête, répartis sur différentes orbites. Mais la société ne compte pas s’arrêter là. Elle a en effet reçu l’autorisation d’en envoyer 12.000, et a déjà demandé des fréquences pour 30.000 satellites supplémentaires.

Ce projet gargantuesque est source de controverse. La multiplication de satellites en orbite basse entraîne des risques de collision, et donc la multiplication de débris spatiaux. L’un des satellites Starlink a ainsi déjà failli provoquer une collision, forçant début septembre l’ESA à dévier de sa trajectoire son satellite Aeolus pour éviter la catastrophe.

De plus, la surface de ces petits satellites est extrêmement brillante, et reflète la lumière du Soleil, perturbant ainsi les observations des astronomes du monde entier. En passant devant l’objectif des télescopes, les satellites laissent de longues traces blanches sur les photographies. 

Plein écran
Les satellites laissent de longues traces blanches sur les images capturées par les astronomes. © EPA

Une astronome de l’Observatoire interaméricain Cerro Tololo (CTIO), dans le nord du Chili, en a récemment fait l’expérience, comme elle l’a raconté sur Twitter. 

“Wow! Je suis sous le choc”, a écrit Clarae Martínez-Vázquez. “Une grande quantité de satellites Starlink a traversé notre ciel ce soi. La visibilité de notre DECam (Dark Energy Camera, NDLR.) a été gravement affectée par 19 d’entre eux. Le passage des satellites Starlink a duré plus de cinq minutes”. Résultat: une longue traînée blanche est visible dans le ciel. Un résultat “plutôt déprimant” pour la chercheuse. “Ce n’est pas cool!”, ajoute-t-elle. 

Lorsque les soixante premiers satellites de SpaceX avaient été lancés en mai, les astronomes avaient déjà signalés qu'ils étaient visible de manière très claire dans le ciel nocturne. À l’époque, plusieurs dizaines de traînées de lumière avaient été repérées. Un site Web néerlandais sur les OVNIS a d’ailleurs été inondé de rapports de personnes qui avaient été intriguées par ces mystérieuses pistes lumineuses.

Un mois plus tard, l’Union astronomique internationale publiait un communiqué officiel dans lequel elle se plaignait des satellites réfléchissants. Selon l’organisation, ces derniers pourraient rendre la recherche astronomique plus difficile et même la mettre en danger, compte tenu notamment de la sensibilité à la lumière des télescopes astronomiques au sol.

Plein écran
© EPA