Les champignons sont encore plus vieux qu'on ne le pensait

Une étude dirigée par l'Université Libre de Bruxelles (ULB) a révélé mercredi que les champignons sont apparus sur Terre environ 300 millions d'années plus tôt que ce qui était admis par la communauté scientifique jusqu'à présent, soit il y a au moins 715-810 millions d'années.

Plein écran
Illustration © REUTERS

Le professeur Steeve Bonneville de l'ULB a découvert, avec son équipe, un nouveau fossile de champignon, le plus vieux jamais identifié grâce à sa composition moléculaire. En collaboration avec la professeure allemande Liane Benning, le groupe de chercheurs a découvert les restes du champignon dans des roches dont l'âge est compris entre 715 et 810 millions d'années, une époque de l'histoire de la Terre où la vie à la surface du globe en était à ses balbutiements, précise le communiqué. 

“Découverte importante”

La trace du champignon en question a été retrouvée dans des roches anciennes, provenant de la République Démocratique du Congo. "Sa présence dans une zone de transition entre milieux aquatiques et terrestres à cette époque laisse penser que ces champignons microscopiques ont été des partenaires importants des premières plantes colonisant la surface de la Terre", explique Steeve Bonneville, coordinateur de l'étude. Le plus ancien fossile avéré de champignon datait de 460 millions d'années. "C'est une découverte importante qui nous invite à revoir la chronologie de l'évolution des organismes sur Terre", conclut le scientifique.

  1. Le nanosatellite belge Qarman mis en orbite avec succès
    Play

    Le nanosatel­li­te belge Qarman mis en orbite avec succès

    Le nano-satellite QARMAN, entièrement conçu et construit par l’Institut von Karman (VKI) à Rhodes-Saint-Genèse, a été mis en orbite avec succès à partir de la Station spatiale internationale mercredi, a annoncé le VKI dans un communiqué. Ce satellite entamera sa descente pendant sept mois avant d’entrer à nouveau dans l’atmosphère, où il collectera et transmettra des données sur la manière dont les débris se désintègrent dans l’atmosphère. L’objectif principal de cette mission est de viser le zéro débris spatial.