Plein écran
© ap

Philae a pu "renifler" des molécules sur la comète

Après son atterrissage historique sur la comète Tchouri, mercredi dernier, le robot laboratoire Philae a pu "renifler" des molécules organiques et constater que la surface était "dure comme de la glace", a annoncé le DLR, l'agence spatiale allemande.

"Nous avons recueilli beaucoup de données précieuses, qui ne pouvaient être collectées que par contact direct avec la comète", a souligné Ekkehard Kührt, directeur scientifique du projet au DLR.

Les propriétés de surface des comètes "semblent être tout à fait différentes de ce qu'on pensait", a-t-il ajouté, cité dans un communiqué du DLR.

Les 10 instruments scientifiques à bord de Philae ont pu fonctionner avant que le robot ne s'endorme, dans la nuit de vendredi à samedi, sa pile étant à plat.

Le dernier instrument à avoir été activé est le sous-système chargé de prélever un échantillon du sol cométaire par forage, SD2. Les scientifiques doivent maintenant analyser les données pour déterminer si l'échantillon a bien été examiné par l'analyseur de gaz, Ptolémée.

Le chromatographe Cosac "a pu +renifler+ l'atmosphère et détecter les premières molécules organiques après l'atterrissage", a indiqué le DLR. L'analyse est en cours.

Une des missions de Philae sur la comète est de tenter d'identifier des molécules organiques complexes qui seraient à l'origine du vivant.

  1. La Nasa a été piratée par un mini-ordinateur à 30 euros

    La Nasa a été piratée par un mi­ni-ordinateur à 30 euros

    Un hacker a infiltré le réseau informatique d'un centre de la Nasa l'an dernier, forçant l'agence spatiale américaine à déconnecter temporairement des systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre affecté.L'attaque a commencé en avril 2018 et s'est poursuivie pendant près d'un an dans les réseaux du mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie, a révélé l'inspecteur général de la Nasa dans un rapport publié le 18 juin.
  2. Envie de baptiser une exoplanète ? Tentez votre chance

    Envie de baptiser une exoplanète ? Tentez votre chance

    À l'occasion de son 100e anniversaire, l'Union astronomique internationale a lancé un concours pour permettre à chaque pays dans le monde de donner un nom à une exoplanète et à son étoile hôte. Le système sélectionné pour la Belgique est celui auquel appartient l'exoplanète actuellement désignée sous l'identifiant "HD 49674 b". Particuliers, associations et écoles sont invités à soumettre leurs propositions avant le 15 août prochain.