Plein écran
En Chine, la conquête spatiale est perçue comme un symbole de la nouvelle puissance du pays. © reuters

Pourquoi la conquête spatiale chinoise inquiète Washington

La conquête de l'espace, coordonnée par l'état-major militaire et coûteuse de milliards de dollars, est perçue en Chine comme un symbole de la nouvelle puissance du pays. Une ambition qui agace et inquiète les États-Unis.

Comme nous l'écrivions en début d'année, la Chine ambitionne d'être le premier pays à se poser sur la face cachée de la Lune d'ici deux ans. En effet, l'Empire du Milieu prévoit d'envoyer une sonde, baptisée Chang'e-4, sur la partie non visible de l'astre lunaire en 2018.

Cette mission fait partie d'une stratégie spatiale globale initiée sous l'égide du président Xi Jinping et dont les principaux objectifs ont été publiés ce 27 décembre dans un livre blanc, relayé ensuite par le Christian Science Monitor, un quotidien américain.

Une sonde sur Mars d'ici 2020
Outre cet alunissage inédit, la Chine annonce également son intention d'envoyer une sonde spatiale sur Mars d'ici 2020. Un exploit réalisé jusqu'à présent uniquement par la NASA, l'agence spatiale américaine. Les Européens peuvent témoigner de la difficulté que constitue pareille prouesse après s'être plusieurs fois cassé les dents sur la planète rouge.

Mal luné, l'Oncle Sam?
Sentant le souffle de la seconde puissance mondiale dans le dos, l'Amérique semble s'agacer de voir son rival chinois lui contester son leadership en matière d'exploration spatiale. Mal luné, l'Oncle Sam? Pas seulement. Washington s'inquiète aussi, et surtout, du rêve chinois d'une station spatiale indépendante.

Car, comme le rappelle Slate, de telles stations permettent d'observer dans la plus grande discrétion, de transmettre des informations pour coordonner les opérations ou encore d'intercepter des communications. En somme, Washington apprécie guère être espionné. Un comble.

L'espion qui n'aimait pas être espionné
Des inquiétudes dont le Congrès faisait déjà part dans un rapport fin 2015.

"Les aspirations de la Chine sont motivées par son analyse selon laquelle le pouvoir spatial permet la modernisation militaire du pays, et lui permettrait de concurrencer la supériorité des États-Unis en matière d'information durant un conflit", pouvait-on lire.

La "Guerre des étoiles" entre Washington et Pékin s'annonce palpitante.