Jacob Glanville.
Plein écran
Jacob Glanville. © Distributed Bio

Un chercheur star d’un documentaire Netflix affirme avoir un traitement contre le coronavirus

Serait-ce une lueur d’espoir dans la lutte contre le coronavirus qui paralyse le monde entier? Le Dr Jacob Glanville, un éminent scientifique américain qui est notamment apparu dans le récent documentaire Netflix “Pandémie”, affirme que son laboratoire est proche de la mise au point d’un anticorps thérapeutique pour combattre le Covid-19.

Hasard du calendrier, la série-documentaire “Pandémie” est apparue sur la plateforme de streaming à la fin du mois de janvier, quelques jours avant que l’OMS ne prononce l’état d’urgence de santé publique de portée internationale en raison du nouveau coronavirus SARS-CoV-2 (le nom scientifique du Covid-19, NDLR), qui n’en était alors qu’au stade d’épidémie.

Cette mini-série en six épisodes met en évidence le caractère inéluctable des pandémies. Elle recueille les témoignages de médecins, chercheurs et autres scientifiques qui luttent depuis des années contre le virus de la grippe et les autres maladies respiratoires.

Parmi eux, Le Dr Jacob Glanville, un chercheur américain diplômé de la prestigieuse université de Stanford et co-fondateur en 2012 de Distributed Bio, un laboratoire d’immuno-ingénierie basé à San Francisco. Il y a quelques jours, Jacob Glanville a révélé sur Fox News que son équipe a développé un traitement pour “neutraliser” le Covid-19. (Lire la suite sous la vidéo)

Le Dr Glanville et ses collègues se sont appuyés sur cinq anticorps qui ont réussi à bloquer et à neutraliser le virus du SRAS en 2002. “Nous les avons développés davantage dans notre laboratoire et ils semblent désormais être capables de bloquer efficacement le Covid-19”, assure le chercheur. Comme le géant pharmaceutique Johnson & Johnson qui cherche à développer un vaccin contre le nouveau coronavirus, Jacob Glanville peut sauter quelques étapes du long processus d’essais cliniques. En effet, le nouveau coronavirus est similaire au SRAS de 2002-2003 et de nombreuses recherches sur les anticorps ont déjà été effectuées.

Un traitement efficace en quelques minutes

Selon l’immunologue américain, son traitement contre le Covid-19 serait efficace en quelques minutes. “Ce que fait ma société, c’est adapter des anticorps pour reconnaître et neutraliser le nouveau coronavirus. C’est donc une sorte de façon de sauter l’étape de ce que fait un vaccin”, a déclaré M. Glanville à la chaîne américaine. “Au lieu de vous donner un vaccin et d’attendre qu’il produise une réponse immunitaire, nous vous donnons simplement ces anticorps immédiatement. Et ainsi, en 20 minutes environ, un patient a la capacité de neutraliser le virus”, affirme-t-il. Cependant, un véritable vaccin est beaucoup plus efficace que les anticorps du Dr Glanville, qui ne protègent du virus que pendant huit à dix semaines.

Jacob Glanville espère procéder à des essais cliniques durant l’été. Si les tests s’avèrent concluants, son traitement pourrait être utilisé via un programme d’usage compassionnel en septembre, affirme-t-il. Mais avant cela, le médicament sera envoyé à l’Institut de recherche médicale sur les maladies infectieuses de l’armée américaine pour tester sa capacité à neutraliser le virus. Parallèlement, il sera aussi envoyé aux laboratoires Charles River qui seront chargés de vérifier la sécurité du traitement, indique encore Jacob Glanville.

Distributed Bio, la société du Dr Glanville, a déjà établi des contacts avec deux autres entreprises afin de pouvoir produire les anticorps à très grande échelle.

  1. Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le Groupe santé CHC a investi 2,5 millions d'euros à la clinique CHC Heusy (Verviers) afin de doter l'établissement hospitalier de services modernes au niveau de l'imagerie médicale et de la médecine nucléaire, a-t-on appris mardi lors d'une conférence de presse. Une enveloppe de 42 millions d'euros au total a été dégagée dans le cadre d'un plan d'investissement ambitieux courant jusqu'en 2022 et prévoyant entre autres une capacité d'accueil doublée sur un site passé de 10.000 à 21.000 m2.