Plein écran
© getty

Un géologue belge donne plus d'explications sur le jour où les dinosaures sont morts

Pour la première fois, il a été prouvé qu'un raz-de-marée dévastateur a suivi l'impact d'une météorite sur la péninsule mexicaine du Yucatan, il y a 66 millions d'années.

Nous savons qu'une grande partie de la vie sur Terre s'est éteinte à cause d'une catastrophe majeure. Des chercheurs, dont le post-doctorant belge Johan Vellekoop, qui travaille à l'université de Louvain et à la VUB, se sont penchés sur la composition d'une roche du Dakota du Nord, située à 3.000 kilomètres environ du cratère.

Un choc violent et une vague de dix mètres de haut
Jusqu'à présent, les scientifiques disposaient de peu de preuves attestant que l'impact d'une météorite avait provoqué des raz-de-marée. L'étude révèle aujourd'hui que cette vague a inondé toute la zone environnante, pendant plusieurs heures. Une quantité impressionnante de poissons ont été sortis de l'eau. La taille de la vague est estimée à dix mètres de haut. Des ondes sismiques ont dû apparaître dans les neuf à dix minutes qui ont suivi l'impact, accélérant ainsi le processus de destruction. Une pluie de roches en fusion a suivi et les incendies ont commencé. Le tout laissait peu de chance de survie aux espèces présentes sur Terre.

La découverte de fossiles
Les chercheurs ont obtenu ces résultats en remarquant la présence de fossiles particuliers dans la couche rocheuse. Ils ont trouvé des créatures marines, des dinosaures, des arbres, mais aussi des dents de requins, des sédiments et de minuscules perles de verre appelées tektites. Les os étaient mélangés avec des fragments de roche terrestre, qui avaient été fondus par l'impact de la météorite et catapultés dans l'espace. La déformation de la roche atteste également de la pluie d'astéroïdes, qui s'est abattue sur notre planète après la météorite. Des gravats riches en iridium ont été retrouvés, recouverts de sédiments.

"Ces découvertes prouvent que les espèces animales et végétales sont mortes des suites directes de l'impact des météorites", a déclaré Johan Vellekoop.