Plein écran
© Getty

Un mystérieux signal radio venu de l'espace intrigue les scientifiques

Un signal radio venant de l'espace a été repéré par des scientifiques canadiens. Si ce n'est pas une première, les caractéristiques de ce signal interpellent la communauté scientifique.

Les chercheurs en question, qui travaillent dans le cadre de l’Expérience canadienne de cartographie de l’intensité de l’hydrogène (Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment, CHIME), ont identifié un sursaut radio rapide (FRB pour Fast Radio Burst en anglais) aussi énigmatique qu’inhabituel, annoncent-ils dans une étude relayée par The Independant. Les FRB sont des ondes radio visibles durant quelques millisecondes. Ils libèrent autant d’énergie en une milliseconde que le Soleil en 10.000 ans.

Ce n'est pas la première fois que l’on parvient à repérer ce type de signal. Cependant, le fait qu’il se répète de manière régulière est inédit. En effet, il apparaît toutes les heures pendant quatre jours avant de disparaître pendant douze jours. Puis, ce cycle de seize jours se répète. Selon les chercheurs, qui ont observé le signal pendant 409 jours, cette régularité est “un indice important quant à la nature de cet objet.” 

Pour l’heure, l’origine des FRB reste inconnue. Plusieurs hypothèses sont avancées, parmi lesquelles la conséquence de la chute d’une étoile dans un trou noir, ou encore un message provenant d’extraterrestre. Ce qui est certain, c'est que le signal susmentionné ne provient pas de notre système solaire, mais potentiellement d’une galaxie massive, située à  plus de 500 millions d’années-lumière de notre Voie lactée.

  1. Le nanosatellite belge Qarman mis en orbite avec succès
    Play

    Le nanosatel­li­te belge Qarman mis en orbite avec succès

    Le nano-satellite QARMAN, entièrement conçu et construit par l’Institut von Karman (VKI) à Rhodes-Saint-Genèse, a été mis en orbite avec succès à partir de la Station spatiale internationale mercredi, a annoncé le VKI dans un communiqué. Ce satellite entamera sa descente pendant sept mois avant d’entrer à nouveau dans l’atmosphère, où il collectera et transmettra des données sur la manière dont les débris se désintègrent dans l’atmosphère. L’objectif principal de cette mission est de viser le zéro débris spatial.