Plein écran
© afp

Un trésor du XVIIIe siècle retrouvé dans le Danube

Des archéologues ont découvert un trésor de quelque 2.000 pièces d'or et d'argent à bord d'une épave gisant au fond du Danube depuis le 18e siècle et révélée par le niveau exceptionnellement bas des eaux du fleuve, ont-ils annoncé jeudi.

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp

"Environ 2.000 pièces de monnaie ont été trouvées, ainsi que des armes, piques, boulets de canon, épées et autres sabres", a confié à l'agence MTI Katalin Kovacs, archéologue au Centre du musée Ferenczy de Szentendre, près de Budapest.

Les archéologues sur place
La découverte s'est produite cette semaine à Erd, au sud de Budapest, où les archéologues travaillaient jeudi d'arrache-pied pour extraire un maximum d'éléments avant une imminente remontée des eaux, a constaté un photographe de l'AFP.

Sécheresse
Comme plusieurs autres cours d'eau d'Europe, le Danube est au plus bas après un long épisode de sécheresse. Son niveau est tombé à 38 cm à Budapest, un record historique qui affecte la navigation fluviale.

Pièces d'or et d'argent
Le trésor d'Erd a été trouvé à bord de l'épave d'un navire commercial dont la nationalité doit encore être déterminée, on indiqué les archéologues. Il comprend des pièces d'or et d'argent, dont des ducas et des pennies.

Pièces étrangères
"Les pièces sont à 90% étrangères et datent de 1630 à 1743", a précisé l'archéologue Balazs Nagy à la radio privée Klub, soulignant qu'elles avaient été frappées aux "Pays-Bas, en France, à Zurich, ou encore au Vatican".

Remontée des eaux
Les archéologues sont assistés dans leur travail par des plongeurs et des drones afin d'extraire le plus de matériaux possible alors qu'une forte remontée du niveau des eaux est attendue à partir de samedi.

Pont François-Joseph
Le niveau bas du fleuve a déjà mené à la mise au jour de débris de l'ancien pont François-Joseph de Budapest, détruit pendant la Seconde guerre mondiale, ainsi que d'une bombe américaine de la même époque.

  1. Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

    Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopi­ques dans l'espace

    Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.