Une épée viking millénaire découverte en Finlande

VideoUn archéologue amateur a découvert en Finlande, dans un très bon état de conservation, une épée millénaire remontant à l'ère viking, a annoncé le bureau national des antiquités, qui prévoit de l'exposer.

La découverte a été faite au printemps dans une tombe explorée par un homme qui utilisait un détecteur de métaux sur son terrain, a indiqué mardi l'organisation sans donner d'information sur la taille de l'arme qui remonte à la fin de l'âge viking, autour de l'an 1000.

"La tombe était exceptionnellement intacte", a-t-elle précisé.

Découverte
L'archéologue amateur Tuomas Pietilä a vu la lame de l'épée affleurer le sol, a rapporté la télévision publique Yle. Un couteau, une broche circulaire et un peigne fait en os animal vont également été retrouvés avec l'arme, qui doit être exposée au Musée national d'Helsinki en 2018.

Précédent
Rare, ce genre de découverte n'est toutefois pas sans précédent. En Norvège début septembre, une épée viking remontant à environ 850-950 a été retrouvée dans la région montagneuse d'Oppland, à environ 270 kilomètres au nord d'Oslo.

Surprise
Et les Vikings ne cessent de surprendre. Une récente étude publiée dans la revue scientifique American Journal of Physical Anthropology a jeté une nouvelle lumière sur les sociétés vikings en révélant, test génétique à l'appui, qu'un célèbre guerrier était en fait une femme.

Mythologie
"Déjà au début du Moyen-Âge, on trouvait des récits sur des femmes vikings cruelles qui se battaient au côté des hommes", a relevé la revue. "Pourtant, sans relâche dans l'art et la poésie, les femmes guerrières ont généralement été classées comme des phénomènes mythologiques", souligne-t-elle.

  1. Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopiques dans l'espace

    Des chercheurs belges vont envoyer des animaux microscopi­ques dans l'espace

    Après une longue préparation, l'Université de Namur (UNamur) et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SKC-CEN) sont prêts à envoyer des rotifères dans l'espace, ont-ils annoncé mardi. Ces animaux microscopiques décolleront de Floride en décembre et orbiteront pendant deux semaines autour de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif est de déterminer les causes sous-jacentes à leur forte radiorésistance, ce qui permettra d'augmenter celle des astronautes et ouvrira la porte à d'autres applications.