Une plante se nourrit de salamandres
Plein écran
Une plante se nourrit de salamandres © University of Guelph

Une plante carnivore découverte au Canada

On pourrait l’appeler “le marais des horreurs”. Il s’agit là d’une première en Amérique du Nord. Les biologistes de l’université de Gelph, ont découvert une plante carnivore dans les terres humides du parc Algonquin, en Ontario. 

Il est connu que certaines plantes carnivores consomment des insectes et des araignées. Le sarracenia purpurea du Canada innove en se nourrissant également de jeunes salamandres.

Pour manger l’amphibien, la plante attend que sa proie tombe sur sa feuille en forme de cloche, puis la noie dans une sorte d’acide. Elle peut alors la déguster lentement. L’opération durerait entre 3 et 19 jours. Les salamandres sont tuées par l’acide, mais aussi par d’autres facteurs, comme la chaleur, l’inanition ou une infection par des agents pathogènes.

La découverte

Le parc Algonquin est une destination très populaire au Canada. Les visiteurs sont nombreux à venir observer des plantes installées là depuis des centaines d’années.

C’est un jeune étudiant qui, lors de son cours d’écologie, a découvert une salamandre emprisonnée dans une plante. Des chercheurs ont ensuite découvert que près d’une plante sur cinq enfermait des jeunes amphibiens. Certaines avaient même réussi à en capturer plusieurs. 

Les plantes carnivores

Les experts estiment que cette plante a pu devenir carnivore pour obtenir des nutriments, qui font défaut dans les environs, en particulier l’azote.

Dans le monde, d’autres plantes carnivores ont vu le jour dans des environnements pauvres en nutriments. On retrouve, par exemple, les “droséras”, qui utilisent leurs feuilles collantes pour attraper les insectes. Il y a aussi la “Vénus attrape-mouches”, qui a inspiré la comédie musicale de science-fiction “La petite boutique des horreurs”, de Frank Oz. En Asie, une espèce capture non seulement des insectes et des araignées, mais aussi des petits oiseaux et des souris. 

Une nouvelle voie pour les chercheurs

Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles questions pour les scientifiques: les salamandres sont-elles devenues indispensables à l’alimentation de ces plantes? Les plantes sont-elles des “prédateurs” importants pour les amphibiens? Ceux-ci pourraient-ils un jour prendre leur revanche?

  1. Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le CHC investit 2,5 millions d’euros pour l'imagerie médicale et la médecine nucléaire à la clinique d’Heusy

    Le Groupe santé CHC a investi 2,5 millions d'euros à la clinique CHC Heusy (Verviers) afin de doter l'établissement hospitalier de services modernes au niveau de l'imagerie médicale et de la médecine nucléaire, a-t-on appris mardi lors d'une conférence de presse. Une enveloppe de 42 millions d'euros au total a été dégagée dans le cadre d'un plan d'investissement ambitieux courant jusqu'en 2022 et prévoyant entre autres une capacité d'accueil doublée sur un site passé de 10.000 à 21.000 m2.