Plein écran
Capture d'écran. © Twitter

Voici le seul endroit sur Terre où la vie n'existe pas

Associés à des scientifiques espagnols, des chercheurs français du CNRS et de l’Institut de minéralogie, de physique de matériaux et cosmochimie de Paris auraient découvert le premier endroit sur Terre où la vie n’existe pas du tout. Ce lieu se trouverait sur un site géologique unique au monde, dans le désert du Danakil, en Éthiopie. 

Le volcan Dallol est l’un des lieux les plus inhospitaliers sur Terre. L’endroit est aussi considéré comme l’un des plus chauds de notre planète. On y trouve des sources aux caractéristiques uniques. La température de l’eau avoisine les 100 °C. Son pH est très acide, se rapprochant de 0. Enfin, cette eau est riche en sel et en métaux tels que le fer ou le cuivre, explique le site Futura Sciences

En mai dernier, des chercheurs avaient annoncé avoir découvert des organismes nanoscopiques sur ce lieu, mais une autre équipe de scientifiques franco-espagnole vient remettre en cause leurs conclusions dans une étude publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution.

Des centaines d’échantillons analysés

Ces scientifiques ont prélevé plusieurs centaines d’échantillons dans les lacs à proximité du volcan Dallol à la recherche d’infimes traces de vie. “Après avoir analysé beaucoup plus d’échantillons que lors des travaux précédents, nous avons vérifié qu’il n’y avait pas de vie microbienne dans ces eaux salées, chaudes et hyperacides ou dans les lacs de saumure riches en magnésium”, explique Purificacion Lopez Garcia, chercheuse en biologie évolutive au CNRS, citée par Futura Sciences. 

Mais les seuls nano-organismes découverts dans ces conditions étaient des minéraux, une matière non-vivante. L’idée de ces chercheurs était d’explorer les “limites physico-chimiques” de la vie, selon elle. 

L’eau n’assure pas forcément la vie

Les scientifiques expliquent les deux éléments qui rendent la vie impossible à proximité du volcan. D’une part, l’abondance de sels de magnésium chaotropes, qui détruisent la structure des biomolécules, et d’autre part les conditions extrêmes (hypersalinité, hyperacidité et chaleurs extrêmes), précisent-ils. Les seuls nano-organismes découverts dans ces conditions étaient des minéraux, une matière non-vivante.

L’étude conclut qu’en dépit de la présence d’eau sous forme liquide, la vie est totalement absente des étangs hypersalés, chauds et très acides du dôme de Dallol et des lacs qui l’entourent. Les scientifiques rappellent que l’eau ne signifie pas forcément la présence de la vie. Ils ajoutent qu'il faut donc prendre des pincettes quand il s’agit de déclarer une exoplanète habitable pour l’Homme.