Plein écran
© Getty Images

Célibataires et confinés, ils racontent: “J'ai rompu à cause du confinement”

InterviewOn parle beaucoup du confinement en famille. On se demande comment faire pour télétravailler quand on doit, en même temps, s’occuper de ses enfants. On parle assez peu des gens qui sont seuls chez eux et qui n’ont personne avec qui partager un repas ou une conversation. Deux célibataires, une femme et un homme, nous racontent leur confinement.

“Le coronavirus m'a confinée seule mais il a aussi brisé mon coeur”

Violette a 28 ans et elle est célibataire. Elle ne l’était pas au début du confinement. “Quelques semaines avant que le coronavirus ne commence à faire des victimes en Belgique, j’avais rencontré un homme formidable. Dès le premier regard, le coup de foudre. L’Amour avait enfin sonné à ma porte. Tout se mettait enfin en place. J’allais merveilleusement bien. Et puis, le Covid-19.” Violette et son nouvel amoureux ont déchanté. Alors qu’ils auraient dû passer “quelques soirées ensemble par semaine”, le virus les a poussés à faire des choix inédits. “On a enchaîné les journées collés l’un à l’autre.”

La relation a été intense, très vite, et des questions, inédites à ce stade-là d’une histoire d'amour, se sont posées. “Est-ce que tu veux des enfants?”, “A cette époque, pouvons-nous réellement encore faire des enfants?”, “Et quel avenir pour eux?”.” Violette regrette: chacun avait une réponse catégorique sur la question. Malheureusement, pas la même. “Par amour, par respect, et par envie de ne pas imposer notre choix à l’autre, nous nous sommes séparés. Le coronavirus m’a donc non seulement confinée seule, mais il a aussi un peu brisé mon cœur.”

“Aujourd’hui, je vis mon confinement seule, et ça va bien”, nous dit Violette. “Malgré l’envie d’un partenaire à mes côtés, je m’estime chanceuse car j’appréhende assez bien la solitude. Je ne peux pas me plaindre car j’ai la chance d’avoir un bel appartement et de ne pas être victime de violence physique ou psychologique de la part de la personne avec qui je partage ma vie. Je n’ai pas non plus d’enfants de qui je dois m’occuper pendant que les écoles sont fermées.”

Violette se découvre “en paix” avec elle-même. Elle ne comprend pas pourquoi elle avait si peur de la solitude. “Aujourd’hui, je me rends compte que je peux être seule mais extrêmement bien entourée. Je reprends goût à mes passions que j’avais laissées de côté durant par manque de temps. Je lis, je cuisine, j’apprends la guitare, je chante. Et c’est vraiment cool. Je me rends compte que, prendre du temps pour soi et uniquement soi est bénéfique à mon équilibre. Je suis donc sereine et espère pouvoir mieux appréhender les futurs moments de ma vie que je devrai passer seule.”

Si Violette a de la chance d’avoir conservé son travail, elle s’interroge: “Je travaille pour une entreprise poussant les gens à la surconsommation. Et qu’on en est sûrement là, à cause de cette surconsommation. Pendant combien de temps encore vais-je vouloir participer à la vie de cette entreprise? Quelle pierre ai-je envie d’apporter à l’édifice de l’humanité après ce confinement? N’est-il pas temps de faire quelque chose de davantage... humain?”

Très anxieuse au départ, Violette se rend compte que la vie reprend le dessus. Elle a mis au point une routine qui lui permet d’oublier un peu ses peurs et sans angoisses. “Un réveil suivi de petits rituels permettant d’apprécier la journée qui s’annonce: un thé, un morceau de musique sympa, une douche moins dans le rush que d’habitude, quelques consultations d’articles de presse (mais pas trop parce que sinon, l’angoisse arrive) et une routine de travail davantage en accord avec moi-même et loin de la pression du vrai quotidien: Je fais mon travail de façon calme et toute aussi productive. Je pense de plus en plus à demander un jour de télétravail à mon employeur.”

“Je n’ai pas envisagé de me confiner avec quelqu’un, je préfère garder mes habitudes”

Salvatore a 35 ans et il vit seul. Quand le confinement a été annoncé, il ne pensait pas que ça durerait aussi longtemps. Il n’a donc pas envisagé de le faire avec un copain ou la famille. “Je pense que je préfère de toute façon garder ma solitude habituelle et mes petites habitudes en cette période particulière. Je fais pas mal d’appels vidéos avec mes parents, mon frère et ses enfants, mon cousin et certains potes pour prendre des nouvelles et avoir cette impression d’être ensemble malgré tout. C’est important de rester en contact avec son noyau dur.” 

On peut se dire que les personnes qui vivent seules pendant cette étrange période ont encore plus envie de sortir prendre l’air. Salvatore tient bon. “Je ne sors qu’une fois par semaine pour faire les courses.” En attendant que ça passe, il travaille et il s’occupe “avec les classiques: Netflix, Playstation, un peu de sport via les applis et je cuisine... Je me retrouve à me faire des menus entrée, plat et dessert juste pour moi.” La première chose qu’il fera à la fin du confinement? “Aller voir ma mère, mon frère et ses enfants, un grand barbecue avec mes cousins... Passer une belle soirée ensemble! J’espère qu’on pourra retrouver une vie normale dans pas trop longtemps mais d’ici là, prenez soin de vous et surtout, restez chez vous.”

  1. Peut-on arrêter ce match du “meilleur” confinement?
    Blog

    Peut-on arrêter ce match du “meilleur” confine­ment?

    Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici, Facebook ici et YouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.
  2. Le “Boyfriend Challenge”, un défi qui va faire des heureux
    Play

    Le “Boyfriend Challenge”, un défi qui va faire des heureux

    Un nouveau challenge fait des heureux sur Internet. Le “Boyfriend Challenge” consiste à surprendre son petit copain en s’exhibant complètement nue devant lui à un moment inattendu. Les réactions filmées à l’aide d’un téléphone portable sont ensuite partagées sur les réseaux sociaux. Si certains semblent choqués à la vue de leur partenaire dans le plus simple appareil, beaucoup d’autres se réjouissent de la surprise et n’hésitent pas à le faire savoir. Un savoureux moment drôle et léger qui redonne le sourire.