Illustration
Plein écran
Illustration © Shutterstock

Certains commencent à fantasmer sur leur voisin: ce que le confinement fait à notre libido et comment y remédier

Et vous, votre vie sexuelle, ça va? La question paraît indiscrète, mais en ces temps solitaires (ou justement pas assez), elle mériterait d’être posée plus souvent, estime la psychologue Marieke Dewitte. Il faut dire qu’avec l’isolement qui découle du confinement, les nouvelles rencontres sont quasi au point mort. Et cela se fait sentir sur le moral des célibataires... et leur libido. Certains commencent à fantasmer sur les gens qu’ils croisent, quand ce n’est pas un voisin ou un collègue. D’autres, notamment les couples, ont au contraire une libido totalement en berne. “On parle pudiquement de besoin de contact physique. Mais qui ose dire ouvertement: ‘Le sexe me manque?’”, résume la thérapeute. Au menu: trois solutions, des œufs vibrants, des quickies durant les heures de télétravail et surtout: un peu d’indulgence pour soi et son partenaire.

  1. L’amour à l’heure de la Covid-19: “Se rapprocher d’une personne, c’est aussi mettre en danger sa bulle sociale”
    Interview

    L’amour à l’heure de la Covid-19: “Se rapprocher d’une personne, c’est aussi mettre en danger sa bulle sociale”

    La pandémie de coronavirus a freiné net les célibataires dans leur quête de l’amour. Entre le port du masque et la distanciation physique, pas facile de trouver l’âme sœur malgré les applications de rencontres. Faut-il capituler et attendre le retour de cupidon lorsque les temps seront meilleurs? Pas forcément. Trouver un partenaire de vie à l’heure de la Covid-19, c’est possible. Marie de Duve de l’agence de rencontres a2 by Valérie Dax nous aide à mieux nous y prendre.
  1. Un lieu de tournage de Peaky Blinders transformé en site de vaccination Covid
    Play
    Coronavirus

    Un lieu de tournage de Peaky Blinders transformé en site de vaccinati­on Covid

    25 janvier
  2. Une fête avec 300 personnes interrompue à Londres
    Play

    Une fête avec 300 personnes interrom­pue à Londres

    25 janvier