Plein écran
. © Charlie Hebdo

Charlie Hebdo n’a pas sa langue dans sa poche et provoque un tollé

Le célèbre magazine satirique a choqué une bonne partie de l’opinion avec sa “Une” consacrée à la Coupe du monde de football féminin.

“Coupe du monde féminine: on va en bouffer pendant un mois”: tels sont les mots choisis par Biche pour accompagner son tout premier dessin en couverture de Charlie Hebdo ce mercredi 12 juin. Comme vous pouvez le voir ci-dessus, il représente un ballon de foot en guise de clitoris. Le dessinateur s’en amuse d’ailleurs sur Twitter. “L’arbitrage vidéo signale ma première couverture dans Charlie Hebdo”, écrit Biche sur le réseau social.

A l’intérieur du journal, on retrouve un édito du rédacteur en chef Riss dans lequel il se demande si “le foot féminin devra-t-il aussi participer à l’abrutissement des foules pour être pris au sérieux et considéré comme l’égal du foot masculin?” On le sait, le magazine a souvent pris le monde du football pour cible, peu importe le sexe de celles et ceux qui le pratiquent.

“Deux poids deux mesures”

Ce tacle à l’entrejambe de Charlie sur un sport en plein boom médiatique n’a pas fait rire tout le monde, loin de là. Pierre Ménès, consultant polémiste sur Canal +, s’en est offusqué sur Twitter. “Bon là évidemment personne va rien dire c’est Charlie. Deux poids deux mesures”, a-t-il écrit en faisant référence à l’affaire Riolo-Rothen.

“Vulgarité inouïe”

Sur CNEWS (à partir de la 37e minute), l’animateur Pascal Praud, ancien de Téléfoot sur TF1, a carrément décidé de censurer une couverture “d’une vulgarité inouïe”, selon ses propres termes, en admettant tout de même qu’il s’agit là d'un “vrai débat de société.”

Sur les réseaux sociaux, les internautes se montraient particulièrement divisés sur la question, comme toujours lorsqu’il s’agit de commenter un dessin de Charlie Hebdo. Et vous, qu’en pensez-vous?

Sondage

Le dessin de Charlie Hebdo sur la CDM féminine

  • On peut rire de tout, je suis Charlie! (55%)
  • C’est sexiste et totalement déplacé (36%)
  • Sans avis (9%)
4228 votants
  1. Il y a des choses que personne ne vous dit ni sur la mort, ni sur l’amitié
    7sur7 à Toronto

    Il y a des choses que personne ne vous dit ni sur la mort, ni sur l’amitié

    En mai 2015, Matthew Teague publiait l’article “The Friend: Love is not a big enough word”. Il racontait la fin tragique de sa femme et mère de leurs deux filles. Nicole Teague avait 36 ans quand elle est décédée, en septembre 2014, d’un cancer des ovaires dont elle avait été diagnostiquée deux ans plus tôt. Dans son essai, Matt se souvient avec intensité du jour où il a appris la maladie de son épouse: “Le docteur a été direct: C’est partout, a-t-il dit. Comme si quelqu’un avait plongé un pinceau dans le cancer et avait peint tout son abdomen. J’ai titubé dans le couloir et je me suis effondré.” C’est le meilleur ami du couple, Dane Faucheux, qui l’a relevé. Et il n’a plus jamais cessé de le faire au cours des deux années qui ont suivi.