Plein écran
© EPA

Elle repousse un homme rencontré sur Tinder, il l'agresse et c’est elle qui finit en garde en vue

Le cabinet d’avocats français Ruben & Ruben a décidé de partager l’histoire d’une femme agressée par son rendez-vous Tinder sur Twitter pour dénoncer l’insensibilité des policiers auxquels elle s’est adressée. 

On peut lire: “Dans la nuit, le cabinet reçoit l’appel d’une femme, désespérée, en pleurs, dans la salle d’attente d’un commissariat d’Ile de France.” La jeune femme explique avoir rencontré un homme sur Tinder. “Au cours du rendez-vous, elle se rend compte qu’il ne lui plaît pas et elle a rejeté ses avances.” Ce que l’homme a très mal pris. Il a essayé de l’embrasser, l’a frappée et l’a poussée contre le mur en la tenant par la gorge.

“Seule, choquée, en pleurs”, elle a appelé la police. Elle ne savait pas que le cauchemar débutait à peine. “Première remarque sur le fait qu’elle a bu, on va la faire souffler. Et la phrase qui sort, comme un réflexe: Mais madame, vous êtes sûre de vouloir déposer plainte, ça pourrait gâcher sa vie.

Les avocats racontent que la police s’est présentée chez l’homme violent. “Lui aussi a bu, on ne le fait pas souffler.” Il a pu rester chez lui tandis que la jeune femme agressée est emmenée au poste. On lui demande de patienter, menottée à un banc”. 

Après 8 heures en cellule “sans eau, sans avoir pu aller aux toilettes, sous le choc d’avoir été agressée”, une policière arrivant en matinée “s’est rendue compte de l’horreur de la situation” et l’a remise en liberté.

“Mais comment c’est possible? Comment on peut appeler la police parce qu’on vient d’être agressée et finir en garde à vue? Comment une situation comme ça peut encore exister? C’est absolument révoltant et nous n’en resterons pas là”, promettent les avocats.

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).