Plein écran
© thinkstock

Et les champions d'Europe de l'infidélité sont...

Les Français et les Italiens sont les champions de l'infidélité en Europe, plus d'un homme sur deux (55%) et environ une femme sur trois (32% en France et 34% en Italie) y ayant déjà succombé, selon une enquête de l'Ifop publiée mercredi et menée dans six pays.

La proportion d'hommes ayant été infidèles au cours de leur vie est moins forte dans les "pays à dominante protestante" comme au Royaume-Uni (42%) ou en Allemagne (46%), tandis qu'elle est de 51% en Belgique, ajoute cette enquête, réalisée en France, Allemagne, Espagne, Italie, Belgique et Royaume-Uni pour Gleeden, site de rencontres extraconjugales.

"Cela tend à confirmer, après tout le bruit qu'il y a eu autour de l'affaire Gayet, et tous les articles de la presse notamment internationale sur le caractère volage des Français, les clichés sur le mâle latin particulièrement infidèle", a indiqué à l'AFP François Kraus, directeur d'études à l'Ifop. La révélation début janvier d'une liaison entre le président français François Hollande et l'actrice Julie Gayet a alimenté des commentaires dans les médias du monde entier sur les moeurs amoureuses des Français.

"Hollande et Berlusconi (Silvio Berlusconi, l'ancien chef du gouvernement italien), connus maintenant sur ce plan-là au niveau international, représentent finalement plutôt bien leurs nations respectives", a ajouté François Kraus. L'infidélité est par ailleurs mieux réparties entre les sexes dans les pays du Nord, particulièrement en Allemagne, où 43% des femmes disent avoir été infidèles (contre 29% au Royaume-Uni), précise l'étude.

L'Italie est le pays où l'infidélité mais aussi les jeux de séduction et d'échange de messages sont les plus répandus, selon l'étude. L'échange d'un baiser avec une autre personne est plus fréquente dans les pays à dominante protestante: 53% des personnes l'ont fait en Allemagne et 50% au Royaume-Uni, contre 46% en France, en Italie et en Belgique.

Enfin, c'est en France que la disposition à l'infidélité est la plus élevée: plus d'un Français sur trois (35%) déclare qu'il pourrait être infidèle à l'avenir s'il était sûr que personne ne soit un jour au courant, contre 31% des Allemands et des Espagnols, 30% des Belges, 28% des Italiens et 25% des Britanniques.

Le sondage a été réalisé du 7 au 13 janvier par questionnaire en ligne, auprès d'un échantillon représentatif de 4.800 personnes âgées de 18 ans et plus. Dans chaque pays, l'enquête a été faite auprès d'un échantillon de 800 individus, selon la méthode des quotas.

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).