Plein écran
© Capture YouTube

Guillaume de NRJ: "Les filles ne l'ont pas pris comme une agression"

Plein écran
© Capture YouTube

On vous en parlait hier: la vidéo de l'animateur de la libre antenne de la radio NRJ, le montrant en train d'embrasser des filles contre leur volonté, provoque l'émoi sur la toile. Guillaume Pley a réagi hier à l'antenne, expliquant que son intention n'était pas de choquer. Il a expliqué que cette vidéo avait été tournée dans le cadre "d'une émission de télé en préparation". "On ne l'a pas diffusée à la télé et on s'est dit qu'on allait la diffuser sur le net. On a découpé le lancement et la fin." Il précise que cela a déjà été fait aux Etats-Unis, en Italie, au Japon.

Face à la vague de réactions négatives, il rappelle qu'il "ne faut évidemment pas refaire ça chez vous. Je ne l'ai pas assez signalé." Il dit que l'avertissement aurait dû être mis dans le pilote mais qu'il n'a pas été mis dans la version diffusée sur YouTube. Sans s'excuser vraiment, il dit être un mec "plutôt gentil". "On n'a pas fait attention et on a mis la vidéo sans se dire: Tiens, il y a peut-être des mecs qui vont le faire dans la rue. Donc effectivement, ne le faite surtout pas chez vous. C'est vrai que ça va déranger les filles. Moi-même, j'ai deux grandes soeurs qui m'ont appris toute ma vie à ne pas être lourd et là, c'est vrai que j'ai fait un petit peu le contraire."

Il précise encore que toutes les filles qui apparaissent dans la vidéo ont donné leur accord. "Au début, c'est vrai que ça peut paraître un petit peu brusque, surtout la première. En fait, elle rigolait! On ne la voit pas bien de face mais elle rigole. (...) Elles ne l'ont pas du tout pris comme une agression, les filles. Quand on l'a fait, ça ne s'est pas du tout passé comme ça. Je m'excuse si j'ai choqué certaines personnes ou certains sites ou certaines convictions. On est des gens vraiment bien élevés donc il fallait qu'on se mette à jour quand même."

La vidéo devrait rester sur YouTube. "Si je la retire, dans cinq minutes elle sera mise sur le nom de quelqu'un d'autre", dit Guillaume qui s'est fait conseiller par le site de partage.