Plein écran
Le mariage sponsorisé qui a fait le buzz sur Instagram. © Fashion Ambitionist

Ils se sont fiancés et mariés en direct sur Instagram: les coulisses de ce buzz ne sont pas belles à voir

C’était probablement l’un des mariages les plus fous organisés sur Instagram. Les influenceurs ne sont jamais à court d’idées pour se faire remarquer. La semaine passée, le petit-ami de Marissa Fuchs qui compte 199.000 followers sur Instagram avec le compte Fashion Ambitionist, l’a demandée en mariage en story.

“J’ai la question la plus importante de ma vie à te poser. Le problème c’est que nous ne sommes pas très mariages traditionnels. Ce n’est pas notre style”, lui annonce-t-il par vidéo interposée avant de l’inviter à suivre ses recommandations pour un voyage incroyable. Pendant deux jours, elle a eu droit à une chasse aux trésors extrêmement bien élaborée de New York à Montauk et de Miami à Paris. Tout était filmé en direct et diffusé sur Instagram, sous plusieurs angles. 5000 personnes ont suivi le déroulement de l’événement en temps réel. Vous pouvez revoir tout l’événement dans les story à la Une sur le compte de @fashionambitionist.

À l’issue de cette chasse aux trésors, Gabriel Grossman attendait Marissa dans un chateau à Paris. Il s’est mis à genoux pour une proposition en bonne et due forme. Et un rabbin était sur place pour officialiser leur engagement. Mais cette demande en mariage romantique était un gros coup marketing. The Atlantic a eu accès au document qui a été envoyé aux marques et annonceurs publicitaires avant l'événement. Chaque étape était expliquée avec précision.

Citation

Les gens voient les influen­ceurs comme leurs amis. Et si c’est ton ami, tu lui pardonnes...

Bryan Pedersen, expert dans une agence publicitaire

Gabriel jure que Marissa n’était pas au courant de son plan mais Bryan Pedersen, un publicitaire à qui le plan marketing a été proposé, pense que c’est faux. “Soit il a été intimement impliqué dans tous les aspects de sa carrière et il connaît tous les détails de ses partenariats d’influenceuse, soit elle a eu son mot à dire sur le pitch.” Gabriel a admis avoir contacté les marques qui travaillent régulièrement avec Marissa mais jure qu’elle n’était pas au courant de la chose.

Plein écran
Voici les promesses faites aux marques. © DR

Dans son plan, il expliquait aux marques que tout serait filmé et qu’il oeuvrait “à l’insu de Marissa” mais avec l’aide de son équipe. Selon Business Insider, le fiancé a travaillé en équipe avec la spécialiste des réseaux sociaux Elicia Blaine Evans. Elle a rencontré plusieurs marques avec lesquelles elle a eu “un arrangement informel” pour de la promo sur les réseaux. “Marissa ne les a pas toutes taguées parce qu’elle n’y pensait pas forcément. Parfois nous avons dû éditer ses story et ajouter les marques dans un ou deux posts.”

Gabriel a expliqué qu’il voulait juste rendre sa copine heureuse. “Je la vois répondre à ses fans pendant des heures. J’ai essayé de faire quelque chose que Marissa aimerait.”

Jack Wagner, créateur de Like and Subscribe, s’interroge: “Quel est le prix à payer pour vendre vos fiançailles? C’est un moment si spécial dans ta vie. Quel prix vaut ça? C’est bizarre d’être arrivé à un moment où c’est une question qui se pose...” Bryan Pedersen pense en tout cas que ça ne portera pas préjudice à Marissa, qui a gagné plus de 20.000 fans depuis la semaine passée. “Les gens voient les influenceurs comme leurs amis. Et si c’est ton ami, tu lui pardonnes...”

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).