Plein écran
© ABC

"Je suis tombée amoureuse d'un 'fils de millionnaire' qui m'a volé 180.000 euros"

Cecilie Fjellhoy pensait avoir trouvé la perle rare sur Tinder. En réalité, Simon Leviev, qui se faisait passer pour un fils de millionnaire, était un simple escroc qui est parvenu à lui voler plus de 200.000 dollars (180.000 euros).

Cecilie Fjellthoy, une Norvégienne de 29 ans qui vit actuellement à Londres, a rencontré "Simon Leviev" sur Tinder, où il se surnommait lui-même "le prince des diamants" et affirmait être le fils d'un milliardaire israélien. Il est parvenu à gagner la confiance de l'étudiante en l'emmenant notamment en Bulgarie à bord d'un jet privé lors de leur premier rendez-vous. 

"Je l'aimais bien et il semblait bien m'aimer aussi. Nous nous envoyions des SMS et nous nous appelions régulièrement, il semblait sincèrement intéressé par moi. C'est comme ça que je suis tombée amoureuse de lui", a raconté Cecilie dans l'émission Nightline diffusée sur ABC.

Relation à distance
Très rapidement, Simon lui a demandé si elle était prête à se lancer dans une relation à distance. Il prétendait en effet travailler pour le groupe diamantaire LLD Diamonds - un emploi qui nécessitait soi-disant qu'il voyage régulièrement.

En réalité, "Simon Leviev" s'appellait Shimon Hyuat, un Israélien de 28 ans précédemment condamné à trois ans de prison pour escroquerie, et qui arnaquait des femmes depuis des années pour financer son mode de vie fastueux.

Plein écran
Le "garde du corps" avait soi-disant été blessé au front. Il s'agissait en réalité d'une supercherie. © ABC

Le piège s'est refermé
Cecilie est doucement tombée dans le piège tendu par Shimon Hyuat, aveuglée par ses gestes romantiques et son train de vie. Il venait régulièrement la voir à Londres, jusqu'à ce qu'il se mette à évoquer des "ennemis" qui le menaçaient. "Il a affirmé que des ennemis inconnus le visaient constamment. Un phénomène typique dans le commerce des diamants, apparemment. Mais je pouvais toujours le rejoindre avec son jet privé à tout moment". 

Pour rendre son histoire plus vraie, il a même fait croire à Cecilie que lui et son garde du corps avaient été attaqués, et lui a envoyé une vidéo filmée dans une ambulance comme "preuve".

Suite à cette prétendue agression, Shimon a demandé à la jeune femme de lui prêter sa carte de crédit afin qu'il puisse payer ses billets d'avion, ses hôtels et ses repas à son nom, pour "tromper ses ennemis". 

"Je sais que ça semble dingue"
"L'une des raisons principales pour lesquelles il avait besoin de ça était soi-disant pour sa sécurité... Il avait besoin de mon nom comme couverture", a raconté Cecilie. "Je sais que ça semble dingue... mais s'il n'avait pas besoin de protection, pourquoi aurait-il eu besoin d'avoir un garde du corps?" 

Malgré les signaux d'alarme, la jeune femme a accepté et, avant même de s'en rendre compte, elle s'est endetté de 200.000 dollars (environ 180.000 euros) pour financer le style de vie de son compagnon. Elle pensait que ce dernier avait l'argent nécessaire pour la rembourser - ce qu'il avait promis. "Je ne me suis même pas posé de question quand j'ai contracté le prêt. J'étais tellement sûre que cet homme et tous les gens de son entourage que j'avais rencontrés faisaient partie de LLD Diamonds, et qu'il avait réellement de l'argent", a-t-elle expliqué. 

Pensées suicidaires
Lorsqu'elle a découvert la supercherie, Cecile a été tellement choquée et dévastée qu'elle a dû être hospitalisée et placée dans un service psychiatrique. Prise de pensées suicidaires, elle a bien cru que "sa vie était fichue".

Shimon Hyuat a pris l'argent et s'est enfui, comme il l'avait déjà fait à plusieurs femmes auparavant. Actuellement au Panama, il prétend être innocent et a même affirmé dans un SMS envoyé à Nightline qu'il s'agissait simplement d'un "pari entre amis qui a mal tourné".

De son côté, Cecile a déposé une plainte auprès de la police de Londres et tente de refaire sa vie. Elle précise qu'elle est aujourd'hui beaucoup moins naïve et ne retombera plus jamais dans un tel piège. "Je le déteste, il est tellement horrible. J'en ai marre de pleurer pour ça. C'est tellement douloureux. Je me déteste d'avoir fait ça". 

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).