Plein écran
L'application DeepNude déshabille n'importe quelle femme. © DeepNude

L'application terrifiante qui déshabille virtuellement n’importe quelle femme

L’application DeepNude, terrifiante, vient d’être mise hors ligne par son concepteur: “Le monde n’est pas prêt”. Et on espère qu’il ne le sera jamais parce que c’est la porte ouverte au chantage et à l’humiliation. 

DeepNude a la capacité de déshabiller virtuellement n’importe quelle femme. Il suffit d’uploader une photo d’une femme habillée pour obtenir son pendant sans vêtements. Moins la femme porte de vêtements, plus la photo de sa version nue est réussie.

Plein écran
© DeepNude

Dans un tweet, le concepteur de l’application a expliqué avoir “sous-estimé l’impact” de son invention: “On n’a jamais pensé que ça allait devenir viral. Je ne suis pas un voyeur, je suis un fan de technologie. Je travaille constamment à améliorer l’algorithme. Je voulais juste en tirer un peu d’argent. Si vous passez quelques heures sur Photoshop, vous aurez le même résultat. Si je n’avais pas trouvé l’idée de cette application, quelqu’un d’autre l’aurait eue”, jure celui qui se cache sous le nom d’Alberto.

Pour Katelyn Bowden, PDG d’une entreprise qui lutte contre le revenge porn, cette application est horrible. “Vous pouvez donc devenir une victime sans même avoir mis une photo de vous nue.” Pour Danielle Citron, professeure de droit à l’Université du Maryland, “même si ce n’est pas votre sexe, d’autres penseront que c’est le vôtre. Une victime de deepfake m’a dit un jour: J’ai l’impression que des milliers de personnes m’ont vue nue. Ce corps ne me ressemble plus.”

DeppNude a utilisé plus de 10.000 photos de femmes nues pour mettre au point son algorithme. Afin de rendre l’ensemble aussi réaliste que possible, des facteurs comme la taille des seins, les mamelons et les ombres jouent un rôle crucial.

Plein écran
Un exemple de ce qu'on trouve sur DeepNude. © DeepNude
  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).