Plein écran
L'application DeepNude déshabille n'importe quelle femme. © DeepNude

L'application terrifiante qui déshabille virtuellement n’importe quelle femme

L’application DeepNude, terrifiante, vient d’être mise hors ligne par son concepteur: “Le monde n’est pas prêt”. Et on espère qu’il ne le sera jamais parce que c’est la porte ouverte au chantage et à l’humiliation. 

DeepNude a la capacité de déshabiller virtuellement n’importe quelle femme. Il suffit d’uploader une photo d’une femme habillée pour obtenir son pendant sans vêtements. Moins la femme porte de vêtements, plus la photo de sa version nue est réussie.

Plein écran
© DeepNude

Dans un tweet, le concepteur de l’application a expliqué avoir “sous-estimé l’impact” de son invention: “On n’a jamais pensé que ça allait devenir viral. Je ne suis pas un voyeur, je suis un fan de technologie. Je travaille constamment à améliorer l’algorithme. Je voulais juste en tirer un peu d’argent. Si vous passez quelques heures sur Photoshop, vous aurez le même résultat. Si je n’avais pas trouvé l’idée de cette application, quelqu’un d’autre l’aurait eue”, jure celui qui se cache sous le nom d’Alberto.

Pour Katelyn Bowden, PDG d’une entreprise qui lutte contre le revenge porn, cette application est horrible. “Vous pouvez donc devenir une victime sans même avoir mis une photo de vous nue.” Pour Danielle Citron, professeure de droit à l’Université du Maryland, “même si ce n’est pas votre sexe, d’autres penseront que c’est le vôtre. Une victime de deepfake m’a dit un jour: J’ai l’impression que des milliers de personnes m’ont vue nue. Ce corps ne me ressemble plus.”

DeppNude a utilisé plus de 10.000 photos de femmes nues pour mettre au point son algorithme. Afin de rendre l’ensemble aussi réaliste que possible, des facteurs comme la taille des seins, les mamelons et les ombres jouent un rôle crucial.

Plein écran
Un exemple de ce qu'on trouve sur DeepNude. © DeepNude
  1. Il y a des choses que personne ne vous dit ni sur la mort, ni sur l’amitié
    7sur7 à Toronto

    Il y a des choses que personne ne vous dit ni sur la mort, ni sur l’amitié

    En mai 2015, Matthew Teague publiait l’article “The Friend: Love is not a big enough word”. Il racontait la fin tragique de sa femme et mère de leurs deux filles. Nicole Teague avait 36 ans quand elle est décédée, en septembre 2014, d’un cancer des ovaires dont elle avait été diagnostiquée deux ans plus tôt. Dans son essai, Matt se souvient avec intensité du jour où il a appris la maladie de son épouse: “Le docteur a été direct: C’est partout, a-t-il dit. Comme si quelqu’un avait plongé un pinceau dans le cancer et avait peint tout son abdomen. J’ai titubé dans le couloir et je me suis effondré.” C’est le meilleur ami du couple, Dane Faucheux, qui l’a relevé. Et il n’a plus jamais cessé de le faire au cours des deux années qui ont suivi.