Plein écran
Les comptes adoptionrp et adoption_rp volent des photos des enfants. © Capture d'écran Instagram

L'horreur des photos de bébés volées sur Instagram

Jeunes parents, attention...

La tentation de partager les photos de son bébé avec le monde entier est grande pour les jeunes parents. Mais la presse internationale met en garde: certaines photos sont volées par des internautes mal intentionnés et postées sur d'autres comptes Instagram qui invitent ceux que ça tente à "adopter" virtuellement le bébé de leur choix et à lui inventer une vie. La pratique se retrouve sous le hashtag #babyrp. Des centaines de comptes existent et de nouveaux naissent chaque jour. Instagram tarde à réagir.

Les scénarios inventés par les utilisateurs sont parfois totalement innocents mais certains sont immédiatemment violents et sexuels. Un internaute indique ainsi sous la photo d'une fillette d'un an qu'elle est "lesbienne" et sous la photo d'un bébé, qu'il "aime être nu".

Un hashtag #downwithbabyrp permet de signaler les comptes douteux. La police avertit: même sans images, cela peut être considéré comme de la pornographie infantile.

Elizabeth Harper, vivant en Georgie, a trouvé une photo de sa fille sur l'un de ces comptes. Sa petite Audrey s'appelait Ally et était, soi-disant, à adopter. "C'est mon enfant", signale Elizabeth dans les commentaires. Je n'ai pas et je n'aurais jamais donné la permission pour ce post." Terrifiée, elle explique: "Les gens fantasment sur le fait de posséder mon bébé." Elle a signalé le problème à Instagram qui n'a pas encore réagi.

Kaylee Doran, maman d'un petit Noé, 5 mois, a également subi le même sort. Elle a découvert que les photos de son enfant avaient été postées sur un autre compte et que les commentaires décrivaient son fils comme "laid" et "handicapé". "Je l'ai porté pendant neuf mois et j'ai l'impression qu'on m'a volé mon fils", dit-elle au journal The Star à Toronto.

Pour éviter d'être la cible de ces personnes malveillantes, ne laissez pas votre compte être accessible à tous si vous postez des photos de votre enfant.

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).