Plein écran
À 83 ans, Hattie Retroage a promis de laisser tomber l’application Tinder afin de trouver un vrai amour. © Barcroft TV

La grand-mère de 83 ans accro à Tinder veut trouver l’amour: “Il doit avoir 20 ans de moins”

À 83 ans, Hattie Retroage a promis de laisser tomber l’application Tinder afin de trouver l’âme soeur. 

Il y a quelques semaines, nous vous racontions le surprenant loisir d’Hattie Retroage, accro à Tinder à l’âge de 83 ans. La grand-mère originaire de New York confiait enchaîner les rencontres et multiplier les partenaires. Elle recensait une cinquantaine de relations sexuelles depuis son inscription sur Tinder, dont sa plus jeune conquête n’avait que… 19 ans.

“J’en ai fini avec Tinder”

Après avoir fait le buzz dans le monde entier, l’Américaine a fait son retour dans les médias pour annoncer son intention d’arrêter Tinder. Lassée des aventures d’un soir, la femme de 83 ans souhaite effectivement entamer une relation sérieuse et durable. Un petit critère est à remplir pour espérer partager sa vie: “Il doit avoir au moins vingt ans de moins”.

“Je veux vraiment un homme”, confie-t-elle à l’agence de presse britannique Barcroft TV. D’après ses propos, son utilisation intensive de Tinder était destinée depuis le début à trouver l’âme sœur. Mais elle a constaté qu’il était difficile de tomber amoureux sur cette application. “Je suis devenue inconsciemment accro à toutes ces courtes rencontres. Mais après la première nuit, je n’avais généralement plus aucune nouvelle. J’en ai fini avec ça maintenant. Aucun de ces garçons ne voulait s’engager avec moi”, regrette-t-elle.

“Les jeunes hommes veulent avoir des relations sexuelles avec des femmes plus mûres, mais ne veulent pas avoir une histoire avec elles”, poursuit-elle. Malgré cette constatation, Hattie Retroage ne désespère pas de trouver l’amour auprès d’un homme âgé de 20 ans de moins: “Mais je n’ai plus envie de superficialité”.

“Je ne suis pas une bête qui cherche une proie”

Mère et grand-mère, basée à New York, Hattie a été mariée pendant plus de 25 ans. Son mari et elle avaient une vie sexuelle merveilleuse, dit-elle. “Cependant, quand les enfants sont partis à l’université, ça a brisé la dynamique”, explique-t-elle, précisant qu’elle a divorcé à 55 ans.

À la recherche d’intimité et désirant faire de nouvelles rencontres après sa rupture, Hattie a placé des annonces dans un journal local. “Je faisais passer des auditions“, s’amuse-t-elle. “J’avais de nombreux rendez-vous et beaucoup d’hommes”. Elle a ensuite découvert Tinder. Hattie récuse toutefois l’appellation cougar qu’on lui donne parfois. “Je ne suis pas une bête qui cherche une proie. Je ne rôde jamais. Je n’approche jamais un homme, les hommes m’approchent toujours”.