Plein écran
© Thinkstock

Le hashtag #JaiEteUnVioleur indigne sur Twitter: #JaiEteViolee lui répond

Un hashtag interpellant figurait en tête des sujets les plus discutés en France, vendredi soir: #JaiEteUnVioleur. La polémique est née suite à la vidéo de Demos Kratos, un YouTubeur qui compte 88.000 abonnés à son actif. 

Il aborde différents sujets de société. Dans la vidéo “J’ai été un violeur?”, il s’interroge sur sa précédente relation. Il raconte qu’il a insisté auprès de sa copine de l’époque pour avoir des relations sexuelles. “Je me souviens de moments où elle en avait pas forcément envie, j’ai insisté, ça s’est fait. (...) Je pense qu’elle prenait sur elle pour me faire plaisir.”

Il reçoit alors deux militantes féministes pour discuter du sujet. Elles rappellent notamment l’importance du consentement lors d’un rapport sexuel. La façon dont Demos Kratos traite du sujet fait réagir. Il a expliqué qu’il avait “mis en scène” son introduction pour “parler de la culture du viol”. “Je n’ai jamais violé personne au sens de la loi. Je mettais en scène une situation que beaucoup de couples ont connu pour parler de la culture du viol.”

C’est le débat enflammé au sujet de cette vidéo qui a positionné le hastag #JaiEteUnVioleur sur Twitter. Demos Kratos a présenté ses excuses aux “victimes de viol” qui ont pu souffrir suite à la publication de sa vidéo. “Je tiens également à présenter mes excuses à nos deux invitées féministes qui m’avaient alerté sur les conséquences possibles de cette introduction. Leur message a été obstrué par mon intro maladroite et c’est dommage. Elles ne sont pas responsable de tout ça.”

En réponse à la polémique, le hashtag #JaiEteViolee a pris le dessus sur Twitter. Des femmes racontent comment elles ont été agressées et comment elles ont été reçues quand elles ont enfin trouvé le courage d’en parler.