Getty Images
Plein écran
© Getty Images

Le profil parfait, les meilleures photos et la phrase d’introduction qui marche: les conseils des experts et des lecteurs pour matcher sur Tinder

Cela fait dix ans aujourd'hui que l’application de rencontres Tinder a été lancée. Depuis, nous n’avons cessé de “swiper” dans l’espoir de faire le match parfait. Mais votre profil, vos photos et la façon dont vous interagissez avec vos matches font ou défont vos chances, et de nombreux Belges ne le savent pas forcément. Nous avons demandé à quatre experts en amour et à des dizaines de lecteurs de nous donner leur avis sur ce qu’il faut faire et ne pas faire: les photos qui font fuir les gens et les biographies qui marquent. “N’utilisez pas de photos avec des amis! Ou avec des poissons.”

  1. Installer une pompe à chaleur? Voici les conséquences pour votre assurance incendie
    Guide-epargne.be

    Installer une pompe à chaleur? Voici les conséquen­ces pour votre assurance incendie

    Votre nouvelle pompe à chaleur vient d’être installée. Désormais, vous pouvez chauffer et rafraîchir votre maison de manière économe et durable. Mais devez-vous également signaler cet investissement à votre compagnie d’assurances? Et l’installation de votre pompe à chaleur est-elle couverte par votre assurance incendie? Guide-epargne.be a examiné ceci pour vous.
  1. “L’escroc belge de Tinder” a fait au moins 27 victimes: "C'est un prédateur sexuel”

    “L’escroc belge de Tinder” a fait au moins 27 victimes: "C'est un prédateur sexuel”

    Ses victimes l’appellent le “Tinder Swindler” belge (“l’escroc belge de Tinder”) ou tout simplement “Jonas”. Elles le qualifient de personne narcissique et de manipulateur, voire de prédateur. X.S. a 27 ans et est originaire de Deurne, à Anvers. En un an, il a fait au moins 27 victimes sur les réseaux sociaux. Son objectif? Tromper et menacer des filles afin d’obtenir des images d’elles nues, des faveurs sexuelles, et même de les violer. Trois de ses victimes se confient. “Alors que j’étais sur le chemin vers le poste de police, il a continué à m’envoyer des messages de menace”, se souvient Elke.