Plein écran
© afp

Le "zizi sexuel" qui met les parents d'élèves en émoi

L'exposition "Zizi sexuel", illustrée par le dessinateur Zep avec les personnage de Titeuf, à la Cité des Sciences de Paris a ouvert ses portes il y a quelques jours. Elle est accessible aux enfants dès 9 ans et vise à briser les tabous entourant la sexualité. L'exposition avait déjà été présentée il y a sept ans.

Une pétition vient pourtant d'être lancée par SOS Education en vue de ne plus la mettre au programme des sorties scolaires. L'appel, qui a déjà récolté plus de 25.000 signatures, assure que l'exposition "enseigne la masturbation" et en dit trop aux enfants sur l'érection. Le journal Le Point s'est rendu sur place, pour faire son enquête. "Ce que SOS Éducation décrit comme le lit d'une chambre conjugale: un immense matelas rose à baldaquin en forme de coeur sur lequel sont vautrés trois enfants qui regardent le plafond en ricanant. Sur l'écran au-dessus d'eux défilent quarante baisers de cinéma."

Les organes génitaux sont effectivement représentés, histoire que les enfants sachent quand même de quoi on parle, mais "pas de détail, et évidemment rien d'érotique."

L'expo est accessible aux enfants dès 9 ans. Un scandale pour SOS Education. Pour Aurélie Testenière, porte-parole de l'association, "l'amour y est réduit à des techniques sexuelles et contraceptives. (...) Nous demandons simplement que, dans le cadre de sorties scolaires, les parents soient informés du contenu de l'expo et qu'ils puissent refuser d'y envoyer leurs enfants." Quand Le Point lui demande son avis sur la séquence de prévention de l'inceste et de la pédophilie, Aurélie Testenière s'offusque: "La seule image qui va rester dans l'esprit des enfants, c'est celle d'un papa qui caresse le ventre de sa fille. C'est hyper dangereux!"

La commissaire de l'expo raconte pourtant que "Le zizi sexuel" a récemment poussé une fillette à confier à sa mère qu'elle était victime d'abus sexuels. "Si elles n'étaient pas venues, ce silence toxique aurait sans doute duré des années."

  1. Il y a des choses que personne ne vous dit ni sur la mort, ni sur l’amitié
    7sur7 à Toronto

    Il y a des choses que personne ne vous dit ni sur la mort, ni sur l’amitié

    En mai 2015, Matthew Teague publiait l’article “The Friend: Love is not a big enough word”. Il racontait la fin tragique de sa femme et mère de leurs deux filles. Nicole Teague avait 36 ans quand elle est décédée, en septembre 2014, d’un cancer des ovaires dont elle avait été diagnostiquée deux ans plus tôt. Dans son essai, Matt se souvient avec intensité du jour où il a appris la maladie de son épouse: “Le docteur a été direct: C’est partout, a-t-il dit. Comme si quelqu’un avait plongé un pinceau dans le cancer et avait peint tout son abdomen. J’ai titubé dans le couloir et je me suis effondré.” C’est le meilleur ami du couple, Dane Faucheux, qui l’a relevé. Et il n’a plus jamais cessé de le faire au cours des deux années qui ont suivi.