Plein écran
© getty

Les Belges se disputent souvent dans la voiture

Un Belge sur quatre se fâche quand son partenaire roule trop vite, selon les résultats d'un sondage mené auprès de 1.000 personnes en couple par l'Institut Vias, en charge notamment de la promotion de la sécurité routière.

Huit couples sur dix (82%) voyagent ensemble en voiture au moins une fois par semaine. Dans un couple sur huit (12%), les partenaires se déplacent quotidiennement ensemble. L'homme est plus régulièrement assis derrière le volant dans quatre couples sur dix (39%).

Plus d'un quart des couples sondés (29%) affirment que rien ne les dérange lorsque leur partenaire est au volant. A l'inverse, un Belge sur quatre se fâche quand son partenaire roule trop vite, le principal reproche formulé.

Ce sont surtout les femmes qui reprochent à leur partenaire masculin ce comportement (30%). Les hommes ont d'ailleurs plutôt tendance à reprocher à leur partenaire féminine de rouler trop lentement (22%).

Ces agacements s'accompagnent de commentaires et 38% des Belges ont affirmé recevoir de temps à autre un blâme de leur partenaire.

Dans deux tiers des cas, le conducteur adapte son comportement au volant après les remontrances du partenaire.

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).