Plein écran
© Getty Images

Les risques de Netflix sur votre vie sexuelle

Selon une étude, un américain sur quatre préfère Netflix à des moments d'intimité.

Un Américain sur quatre préfèrerait visionner des séries Netflix plutôt que de faire l'amour. C'est ce qui ressort d'une étude menée par le Wall Street Journal auprès de 1.000 personnes. Le média pointe du doigt la dangerosité du streaming proposé par la plateforme. 

Netflix, un tue-l'amour?
Dans son analyse, le journal affirme même qu'une baisse du taux de natalité aux États-Unis est due au streaming. En effet, le taux de natalité en Amérique a récemment atteint un niveau historiquement bas.

Le quotidien américain appuie ses propos de divers témoignages dont celui d'une chef d'entreprise de 36 ans qui affirme que 25% des fois, elle et son mari choisissent Netflix plutôt que le sexe, malgré leur désir d'agrandir leur famille.

Netflix a réagi à cet article en niant et en assurant que leurs abonnés passent en moyenne deux heures par jour et par foyer à regarder leurs programmes, comme l'expliquent nos confrères du Point.

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).