Mariée au fantôme d'un pirate, elle annonce leur divorce

Amanda Teague a mis fin à sa relation avec "Jack", un pirate haïtien décédé au 18e siècle qu'elle a épousé au début de l'année.

En février dernier, Amanda Teague, une Irlandaise de 35 ans, a épousé le fantôme d'un pirate prénommé Jack décédé il y a plus de 300 ans. Mais quelques mois plus tard, leur union improbable touche déjà à sa fin. "J'ai le sentiment qu'il est temps d'annoncer à tout le monde que mon mariage est terminé", a-t-elle écrit sur les réseaux sociaux, comme le rapporte l'Irish Mirror. "J'expliquerai tout en temps voulu, mais pour l'instant, tout ce que je peux dire, c'est d'être TRÈS prudent quand on touche à la spiritualité. Ce n'est pas quelque chose avec quoi il faut rigoler..."

Pour que l'union soit légale, le couple s'est marié lors d'une cérémonie privée sur un bateau dans les eaux internationales au large de l'Irlande. Amanda avait engagé un médium pour l'occasion, afin que Jack puisse dire "oui" et obtenir ainsi un certificat de mariage officiel. 

À l'époque, Amanda avait raconté au magazine américain People qu'elle avait "rencontré" Jack en 2014. Ce pirate haïtien du 18e siècle, qui a été exécuté pour vol, lui aurait rendu visite dans son sommeil. Elle aurait ensuite communiqué avec lui durant plus de six mois avant de se marier avec lui. "J'ai été horrifiée de découvrir que j'avais des sentiments romantiques pour lui. Je n'avais jamais entendu parler de cela auparavant", avait-elle confié.

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).