Plein écran
© Photo News

“Ne laisser personne isolé”: comment les applis de rencontres se sont adaptées au confinement

Souvent, l’arrivée du printemps et le retour des beaux jours donnent naissance à de nouvelles idylles. Cette année, le confinement complique évidemment l’émergence de nouvelles romances. Plusieurs applications de rencontres ont décidé d’adapter leurs offres pour éviter une baisse de fréquentation. Tour d'horizon. 

Swiper, “matcher”, discuter, se rencontrer. Voilà, l’itinéraire emprunté d’ordinaire par les adeptes des applications de rencontres. Mais depuis l’instauration de mesures de confinement, la dernière, et tant attendue, étape n’est temporairement plus envisageable. De quoi déserter les applications? Peut-être. 

Autre problème, le panel de profils présentés à chaque utilisateur est déterminé par la géolocalisation. En période de confinement, le choix peut donc très vite s'avérer restreint. Un constat que Tinder n’a pas tardé à dresser. Rapidement, la célèbre application a offert à ses adhérents la fonction “Passeport” (NDLR: payante en temps normal) qui permet de modifier manuellement la ville référencée. Vous pouvez donc passer de Bruxelles à Paris en quelques secondes et tenter de “matcher” à l’étranger, rapporte BFMTV. 

“Dès qu’une zone est particulièrement affectée (NDLR: par le coronavirus), le nombre d’échanges augmente. Et les discussions durent même plus longtemps”, assure un porte-parole de Tinder à nos confrères.

La vidéo avant la réalité

Autre appli, autre réaction. Once, qui propose quatre profils par jour à chaque utilisateur, a décidé de lancer une option vidéo en cas de “crush”. Une manière de se voir avant la rencontre réelle et de protéger les adeptes qui ne sont pas forcés de communiquer leurs numéros ou adresses mail pour échanger en live. 

“Retrouvez qui vous croisez”, c’est l’essence de Happn qui mise sur l‘hyper-géolocalisation et vous permet de retrouver sur écran, des personnes qui fréquentent les mêmes endroits que vous. Plutôt séduisant à l’origine, le concept est évidemment moins vendeur en période de confinement. Contrainte de revoir ses fondamentaux, l’application française a élargi son rayon de croisement qui est passé de 250 mètres à... 90 kilomètres. L'objectif?  “Ne laisser personne isolé”, avance Happn. 

  1. Les divorces explosent en Chine après le confinement: un scénario à craindre en Belgique?

    Les divorces explosent en Chine après le confine­ment: un scénario à craindre en Belgique?

    Confinement et crise de couple, un mariage inéluctable? Non. Mais certains ménages éprouvent des difficultés à s'adapter à ce nouveau mode de vie imposé. Passer davantage de temps avec sa moitié au sein du domicile familial peut engendrer ou renforcer des tensions. En Chine, les demandes de divorces explosent. Une tendance qui risque de s’imposer chez nous dans les semaines ou mois à venir? Invitée de RTL Info, Camille Nérac, sexologue et thérapeute de couple, tempère et avance quelques conseils pratiques pour éviter les couacs.