Plein écran
© 7sur7

On a visité le plus grand Love shop de Belgique

La société Babylon a ouvert en mars dernier à Quaregnon, près de Mons, son deuxième magasin en Belgique. Avec 500m² d’espace de vente, ce “love shop” est le plus grand du pays. 7sur7 y a mis les pieds pour découvrir un univers qui s’ouvre et se démocratise de plus en plus.

“Notre but est de sortir des clichés sur les ‘sex-shops’. C’est pour ça que nous préférons le terme de “love-shop”. Nous voulons de l’inclusivité, un plaisir partagé dans les couples pour toutes les orientations sexuelles, qu’il y ait un désir de séduction. Nous voulons aussi que les clients vivent une expérience, qu’ils se sentent à l’aise et n’aient plus honte de se rendre dans ce type de magasin”, explique Maxime Figula, chargé de communication de Babylon. Oubliez donc les sex-shops à l’ancienne où certains venaient en cachette chercher une cassette en vitesse avant que quelqu’un ne les reconnaisse. La société Babylon rend ces boutiques plus ouvertes. C’est vrai, on s’y sentirait comme dans n'importe quel magasin lambda où un vendeur vient vous conseiller.

Fini les magasins sombres et étroits. Là, dans la vitrine, des mannequins sont exposés, habillés de tenues coquines. À l’intérieur, plusieurs espaces sont dédiés aux clients. Il y a beaucoup de place pour naviguer du coin “huiles de massage” à l’espace vibromasseurs de toutes sortes mais aussi un coin où les tenues et déguisements les plus fous sont proposés pour hommes et pour femmes. “Nous avons voulu créer des zones très confortables”, confie Maxime Figula.

Plein écran
Un espace de 500m² © Babylon

Les Wallons au rendez-vous

Créé en 2006 en France, Babylon est le leader de la vente de DVD pornographiques dans le Nord de la France. Avec une forte demande en Belgique, la société a décidé de débarquer d’abord à Gosselies, près de Charleroi, en 2016 et plus récemment, donc, près de Mons. L’entreprise française veut “être en phase avec son époque” avec des espaces épurés.

Les habitants de Wallonie sont semble-t-il friands et demandeurs de ce type de magasin. Selon les chiffres de Babylon, 5.000 clients ont déjà consommé parmi les 6.000 produits proposés depuis l’ouverture il y a trois mois. “La moyenne d’âge se situe entre 25 et 35 ans. Nous voyons le plus souvent des couples qui restent entre 15 et 30 minutes en moyenne. Ils dépensent un panier moyen de 100 euros”, nous détaille Maxime Figula.

Plein écran
© Babylon

Des pratiques étonnantes

Les tendances actuelles sont... insolites. Le phénomène mondial “50 nuances de Grey” a eu un effet direct sur l’industrie du sexe et notamment du BDSM (Bondage et Discipline, Domination et Soumission, Sadisme et Masochisme). “Tous nos clients passent dans cet espace qui intrigue”, confie Maxime Figula. La pratique la plus populaire du moment est le jeu de rôle de “l’homme chien”. Équipé d’habits en cuir et souvent d’un masque, l’homme se fait promener en laisse.

Autre pratique très à la mode, depuis plus longtemps, la masturbation à l’aide d'un vibromasseur pour les femmes... et pour les hommes. Babylon détient les toutes dernières innovations. On y retrouve donc des vibromasseurs connectés au téléphone via des applications, connectables pour certains avec de la musique. Selon le morceau choisi, cela provoque des vibrations rythmées. Pour ce genre d’objets sophistiqués, il faut mettre la main au porte-monnaie car cela vaut parfois plusieurs centaines d’euros. “Nos produits sont de qualité. La plupart sont conçus en Belgique ou en France.”

Plein écran
© 7sur7

Un univers BDSM pour tous

“Les valeurs que Babylon veut faire transmettre sont la qualité, la proximité et l’inclusivité en adaptant une offre à un grand panel d’orientations sexuelles et des partenariats avec des clubs et des associations LGBTQ+”, précise le chargé de communication. Une large gamme d’objets est proposée pour des pratiques sexuelles comme le fétichisme, le bondage, la domination, la soumission et le sado-masochisme.

Le top 5 des ventes reste cependant assez soft avec en numéro 1 l’huile de massage, suivie de la lingerie féminine, des œufs vibrants, du vibromasseur et finalement du lubrifiant. Si vous aviez une image archaïque des sex-shops, Babylon met tout en œuvre pour casser celle-ci avec le plus grand espace de vente de produits sexuels de Belgique. Avis aux amateurs.

Plein écran
© Babylon
Plein écran
© Babylon
  1. Il y a des choses que personne ne vous dit ni sur la mort, ni sur l’amitié
    7sur7 à Toronto

    Il y a des choses que personne ne vous dit ni sur la mort, ni sur l’amitié

    En mai 2015, Matthew Teague publiait l’article “The Friend: Love is not a big enough word”. Il racontait la fin tragique de sa femme et mère de leurs deux filles. Nicole Teague avait 36 ans quand elle est décédée, en septembre 2014, d’un cancer des ovaires dont elle avait été diagnostiquée deux ans plus tôt. Dans son essai, Matt se souvient avec intensité du jour où il a appris la maladie de son épouse: “Le docteur a été direct: C’est partout, a-t-il dit. Comme si quelqu’un avait plongé un pinceau dans le cancer et avait peint tout son abdomen. J’ai titubé dans le couloir et je me suis effondré.” C’est le meilleur ami du couple, Dane Faucheux, qui l’a relevé. Et il n’a plus jamais cessé de le faire au cours des deux années qui ont suivi.