Plein écran
Razzia chez Pabo à Wetteren © Didier Verbaere

Pabo en faillite, ses magasins dévalisés lors de la liquidation

Les établissements de la chaîne de magasins érotiques Pabo vont définitivement fermer leurs portes. Suite à la faillite, le site internet a pu trouver un repreneur, mais une grande liquidation est organisée ces jeudi et vendredi dans trois des dix enseignes que comptait la Flandre, avec des réductions jusqu’à -50%.

Le magasin Pabo de Wetteren (Flandre-Orientale) a été pris au dépourvu par le succès de foule, ce jeudi midi. Trente minutes avant l’ouverture, des files se formaient déjà. Trente minutes à peine après l’ouverture, le magasin, bondé, a été contraint de réduire l’accès et de filtrer les nouveaux arrivants au compte-gouttes, en fonction des clients qui sortaient. La vente a attiré un public varié, composé d’hommes et de femmes, de couples jeunes ou plus âgés.

“Une triste affaire. Evidemment, on peut acheter ces objets plus facilement et pour moins cher en ligne. Mais ici, on peut toucher les sextoys, choisir la couleur ou le format”, a glissé à HLN un homme avec des petits fouets en guise de butin.

“Je ne viens pas souvent”, par crainte de tomber sur une connaissance, a affirmé une jeune femme avec un caddy plein d’achats. “Mais pour 50% de réduction, on fait une exception”, a-t-elle plaisanté.

Les dix magasins belges de la société néerlandaise de vente par correspondance d’articles érotiques étaient tous situés en Flandre. Vingt personnes vont perdre leur emploi.

Plein écran
-50% pour les chauds lapins © Didier Verbaere
Plein écran
Les coquins faisaient la queue © Didier Verbaere
  1. Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Une nouvelle étude a établi un lien entre les malformations cardiaques congénitales d’un bébé et la consommation d’alcool de ses parents, a rapporté jeudi la chaîne américaine CNN. Ainsi, les pères qui ont bu au cours des trois mois avant la conception de l’enfant ont 44% de probabilités supplémentaires d’engendrer un bébé atteint de cardiopathie congénitale par rapport à ceux qui ne consomment pas d’alcool, voire 52% s’ils se sont adonnés au “binge drinking”, avec cinq boissons ou plus par épisode de consommation.