Plein écran

Plus qu'un coup de coeur, plus obsessionnel que l'amour: la limérence

Voila un terme qui pourrait enfin expliquer ce sentiment de nostalgie permanent que vous ressentez quand vous pensez à votre ex, même si vous savez votre histoire définitivement terminée et même si cela fait plusieurs années que ça l'est. A moins que ça soit le sentiment que vous éprouvez actuellement pour un homme, bien présent, bien actuel.

Il n'existe pas en français mais en anglais, la "limérence" est un mot destiné à décrire cet état involontaire de l'esprit qui résulte d'une attirance romantique pour une autre personne, associée à un besoin écrasant, obsessionnel d'être aimé en retour par cette personne. Choisissons donc de traduire ça "limérence".

Plus qu'un coup de coeur
La limérence peut être confondue avec le coup de coeur. Mais le coup de coeur est généralement immature et synonyme d'extrapolation à partir de renseignements insuffisants au sujet de la personne
qui nous plait. Il est habituellement de courte durée. La limérence est caractérisée par l'obsession. L'autre est sans cesse dans notre esprit et on est sensible de manière extrême au monde qui nous entoure dès que cela concerne l'objet de notre affection. Tout ce qui le concerne est vécu comme une joie intense ou un incroyable désespoir., selon que les sentiments soient réciproques ou non.

Ce sentiment est difficile à comprendre pour qui ne l'a jamais vécu. La limérence implique un désir aigu de réciprocité, la peur du rejet et une timidité troublante en présence de l'autre. Celui qui "souffre" de limérence peut aussi concevoir, fabriquer ou essayer d'inventer des explications "raisonnables" pour transformer les actions de l'autre pourtant totalement neutres en signes de passion cachée de sa part.

Obsession
La limérence est synonyme de pensées persistantes, involontaires et intrusives. Même si la pensée d'avant n'avait aucun lien avec l'objet de notre intérêt, notre cerveau en trouve un.

Cet état de fait est rarement accueilli par l'autre comme on l'espère. Au final, on n'obtient ce qu'on redoute: le rejet. Quoi de plus normal? On doute de soi, on a du mal à s'exprimer, on souffre. La limérence se développe surtout quand il y a un certain équilibre entre espoir et incertitude. Et la base de l'espoir n'est pas dans la réalité objective mais bien dans la réalité telle qu'elle est perçue. Chaque mot, chaque geste sont analysés dans le détail. Surtout s'ils peuvent être interprétés comme une preuve de sentiment réciproque.

La seule manière de mettre un terme à la limérence est une période assez longue de temps sans réciprocité de sentiments. Il y avait l'amour fou, il y a donc, vous l'aurez compris, désormais pire
parce qu'obsessionnel.

Dé.L.

  1. Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Une nouvelle étude a établi un lien entre les malformations cardiaques congénitales d’un bébé et la consommation d’alcool de ses parents, a rapporté jeudi la chaîne américaine CNN. Ainsi, les pères qui ont bu au cours des trois mois avant la conception de l’enfant ont 44% de probabilités supplémentaires d’engendrer un bébé atteint de cardiopathie congénitale par rapport à ceux qui ne consomment pas d’alcool, voire 52% s’ils se sont adonnés au “binge drinking”, avec cinq boissons ou plus par épisode de consommation.