Plein écran
Natalie Portman dans "Closer"

Pourquoi les femmes aiment aussi les clubs de striptease

Plein écran
Eve Amurri dans "Californication"
Plein écran
Rose McGowan dans "Planet Terror"
Plein écran
Demi Moore dans "Striptease"
Plein écran
Lisa Edelstein dans "House"
Plein écran
Jessica Alba dans "Sin City"

Les clubs de striptease ne sont plus seulement un hobby masculin, tout comme le pole dance attire de plus en plus d'hommes. Le Daily Mail annonce cette nouvelle tendance. En Grande-Bretagne, les propriétaires des clubs ont remarqué une augmentation de 30% des clientes en moins d'un an. Quel intérêt trouvent donc ces femmes dans ces clubs pourtant consacrés au plaisir masculin?

Un effet de mode?
Il est de bon ton de nos jours de vivre une sexualité libérée et ouverte. Au diable les prudes! Les enterrements de vie de jeune fille ont délaissé les salons de thé pour des loisirs plus adultes. Les jeunes aiment imiter la chanson de Katy Perry, "I kissed a girl" ("and I liked it"). Et de plus en plus de célébrités dont la chanteuse, mais aussi Rihanna ou Emma Watson, ont été aperçues aux abords d'un club de striptease, une étape devenue incontournable d'une soirée entre filles réussie.

Une sécurité psychologique?
Selon le Dr Teela Sanders, professeur de sociologie spécialisée dans l'industrie du sexe, les femmes sont attirées par la sécurité de ce genre d'endroit, beaucoup plus stricte que dans les clubs ordinaires. La violence est rare et il règne une atmosphère détendue où bizarrement les hommes ne les considèrent pas comme des objets sexuels, puisque les stripteaseuses sont là pour ça.

Les recherches du docteur Sanders sur la fameuse lapdance démontrent que la plupart des couples qui se rendent dans un club désirent rendre leur vie sexuelle plus excitante, sans tomber dans un délire échangiste. Les femmes seules peuvent aussi y trouver un accomplissement personnel.

Une forte désapprobation
Bien que cette tendance de clientèle féminine se confirme, elle reste mal vue par plusieurs intervenants. D'abord, les propriétaires des clubs qui veulent souvent conserver leur image "men only" et remarquent que les hommes se montrent moins démonstratifs (peut-être moins généreux en pourboires?) quand des femmes sont présentes dans l'assemblée.

Ensuite, certaines stripteaseuses elles-mêmes n'apprécieraient pas l'ambiance féminine, elles estiment que les autres femmes les jugent négativement, elles se sentent plus rabaissées par les clientes que les clients. Et enfin, les féministes désapprouvent aussi la présence des femmes dans les clubs de striptease. Une mode qui encourage l'image dégradante de la femme qui règne dans ces endroits. (CD)

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).