Plein écran
© Capture d'écran

RichMeetBeautiful: le gérant condamné pour incitation à la prostitution

UpdateLe tribunal correctionnel de Bruxelles a reconnu, mercredi matin, le gérant du site Web de rencontres RichMeetBeautiful coupable d'incitation à la prostitution et de diffusion d'une publicité incitant à la prostitution. L'homme a été condamné à une peine de 6 mois de prison avec sursis. Sa société, éditrice du site, a quant à elle été condamnée à une amende pénale de 240.000 euros.

Le site Web RichMeetBeautiful avait diffusé en 2017, à l'Université Libre de Bruxelles (ULB), des publicités proposant à des étudiantes de se faire entretenir par des hommes plus âgés et fortunés.

L'homme d'affaires norvégien condamné
La juge a globalement suivi les réquisitions du ministère public et a condamné Sigurd V., un homme d'affaires norvégien, à une peine de 6 mois de prison avec sursis et à une amende pénale ferme d'un peu plus de 20.000 euros. Elle a également condamné sa société, Digisec Limited, à une amende pénale de 240.000 euros.

Campagne décriée sur le campus de l'ULB
Le gérant et sa société ont été reconnus coupables d'incitation à la prostitution et de diffusion d'une publicité incitant à la prostitution, suite à une campagne publicitaire décriée, lancée en septembre 2017 sur un campus de l'ULB.

Acquittement partiel
Le tribunal les a par contre acquittés d'infraction à la loi contre le sexisme dans l'espace public, constatant que les propos sexistes ne s'adressaient pas à une ou plusieurs personnes clairement définies comme le veut la loi. La juge a également accordé des dommages et intérêts à l'ULB mais a estimé irrecevable la demande d'indemnités de la Communauté française.

5.000 euros versés à l'ULB
Pour le tribunal, il était évident que Sigurd V. et sa société ont voulu se faire connaître auprès de personnes fréquentant l'ULB. Il les a ainsi condamnés à verser un montant de 5.000 euros de dommages et intérêts à l'ULB, comme sollicité par l'avocat de l'institution académique, Me Laurent Kennes. Enfin, le tribunal a ordonné la confiscation définitive du site RichMeetBeautiful, bloqué en Belgique depuis les faits.

Rappel des faits
En septembre 2017, une remorque publicitaire avait circulé autour de l'Université Libre de Bruxelles (ULB), mentionnant: "Un prêt étudiant? Sortez avec un Sugar daddy", invitant ainsi des étudiantes en difficultés financières à fréquenter, contre rémunération, des hommes plus âgés et nantis, via le site Web RichMeetBeautiful.

Dignité humaine 
Le jury d'éthique publicitaire avait à l'époque jugée cette publicité contraire à la dignité humaine, suite à plusieurs plaintes déposées par certains bourgmestres et échevins bruxellois qui, par ailleurs, avaient interdit l'affichage de cette publicité dans l'espace public de leur commune.

Egalement, le site Web avait été fermé par les autorités belges.

"Le bouc-émissaire idéal"
Devant le tribunal, le patron du site Web, Sigurd V., s'était défendu d'avoir incité à la prostitution, se présentant comme le "bouc-émissaire idéal" face au phénomène de la prostitution estudiantine. Son avocat, Me Eric Cusas, avait également considéré que le fait de voir au travers de ce site de rencontres une incitation à la prostitution relevait d'une "vision paternaliste et caricaturale des relations qui peuvent se nouer" entre deux êtres.

Plein écran
© belga
  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).