Plein écran
© Photo publique Facebook

Sa fille laissée dans la voiture sous 40 degrés meurt pendant qu'elle couche avec son patron

Une fillette de 3 ans est restée quatre heures enfermée dans une voiture tandis que sa mère, policière, couchait avec son supérieur hiérarchique, chez lui.

Septembre 2016, Cassie Barker, 27 ans, finit son service au Long Beach Police Department dans le Mississippi. Cassie a rendez-vous avec son supérieur hiérarchique, le Sergent Clark Ladner. Elle laisse sa fille Cheyenne, 3 ans, attachée à l'arrière de sa voiture de patrouille le temps de son rendez-vous qui est en fait un rencart sexuel.

Cassie est restée quatre heures chez Clark. Elle a expliqué aux autorités qu'elle s'était endormie après l'amour. Clark, lui, avait pris un somnifère et a dit qu'il ne savait pas que la fille de Cassie se trouvait dans la voiture.

Ce jour-là, les températures atteignaient les 40 degrés dans la région. Cheyenne est décédée pendant que sa mère couchait avec son chef. Quand Cassie est retournée à sa voiture, sa fille avait déjà perdu connaissance. L'enfant a été déclarée morte à l'hôpital. Son corps avait atteint la température de 41 degrés.

Cassie Barker est actuellement jugée. Elle a plaidé coupable lundi d'homicide par négligence. Elle encourt jusqu'à 20 ans de prison. Ce n'était pas la première fois que Cassie laissait sa fillette dans une voiture, sans surveillance. C'était déjà arrivé en avril 2015, elle était alors partie faire du shopping. Un passant avait prévenu la police et les responsables de la protection de l'enfance avait temporairement arrêté la mère. Cassie Barker avait alors été suspendue de la police de Long Beach pendant une semaine.

Elle sera fixée sur son sort le 1er avril prochain.

  1. Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Une nouvelle étude a établi un lien entre les malformations cardiaques congénitales d’un bébé et la consommation d’alcool de ses parents, a rapporté jeudi la chaîne américaine CNN. Ainsi, les pères qui ont bu au cours des trois mois avant la conception de l’enfant ont 44% de probabilités supplémentaires d’engendrer un bébé atteint de cardiopathie congénitale par rapport à ceux qui ne consomment pas d’alcool, voire 52% s’ils se sont adonnés au “binge drinking”, avec cinq boissons ou plus par épisode de consommation.