Sven Mary. Photo d’archives.
Plein écran
Sven Mary. Photo d’archives. © Photo News

Sven Mary craint les risques de #MeToo : “Je n’engage plus de femmes”

Lorsqu’une femme postule pour un emploi dans le cabinet d’avocats de Sven Mary, sa candidature est automatiquement rejetée par peur de #MeToo, confie l’avocat pénal dans “NINA”, le supplément féminin de Het Laatste Nieuws. “Nous n’embauchons plus de femmes suite à un incident avec une stagiaire.”

Les hommes sont moins enclins à engager une jolie femme depuis le mouvement #MeToo, écrit la “Harvard Business Review” dans une analyse des conséquences du mouvement contre les comportements sexuellement transgressifs. L’avocat Sven Mary acquiesce. Il l’avoue: dans son cabinet d’avocats, plus aucune femme n’est engagée. “C’est dommage, car beaucoup de femmes compétentes et intelligentes sont diplômées. Mais j’ai déjà eu un problème avec une stagiaire qui prétendait qu’elle devait sa mauvaise évaluation au fait qu’elle n’avait pas accepté mes avances. Bien sûr, elle n’a pas atteint son but, car sa plainte était infondée. Mais aujourd’hui, vous êtes vulnérable en tant qu’homme et une telle étiquette peut vous hanter. Je ne veux pas m’exposer à de tels risques”, explique le pénaliste.

Pour Jan Denys, expert en matière de marché du travail, Sven Mary est sur une pente glissante. “Je comprends que de telles accusations s’appliquent. Mais exclure toutes les femmes? J’ai peur qu’il ne s’en tire pas comme ça. Même les femmes qui sont à 100 % de bonne foi sont punies ici. Je suppose qu’avec le temps, Maître Mary finira par le comprendre”.

Il est d’ailleurs interdit par la loi d’écarter les sollicitations d’un groupe spécifique. “C’est un peu différent des employeurs qui disent avoir un problème avec les Marocains, par exemple”. Même si en réalité, un employeur prend bien sûr qui il veut. “Ceux qui ne veulent effectivement pas recruter de femmes peuvent toujours se cacher derrière le fait que la personne en question n’est pas assez compétente. C’est possible, parce que la compétence est toujours le point crucial. Mais en avouant les véritables raisons, Sven Mary ne se facilite pas la tâche”, ajoute Jan Denys.

La couverture de NINA.
Plein écran
La couverture de NINA. © NINA