Plein écran
© getty

“Témoigner ne suffit plus: rien n’a changé, les hommes sont toujours aussi violents”

Elle a cru que la libération de la parole des femmes changerait les choses. Que les harceleurs seraient enfin punis pour leurs agissements. Que les victimes ne devraient plus se battre pour faire reconnaître leur statut. Anaïs, créatrice du compte Tumblr Paye Ta Shnek, qui compilait depuis sept ans les phrases choquantes, les réflexions sexistes, les agressions du quotidien subies par les femmes, arrête. 

Elle annonce sur les réseaux sociaux qu’elle n’en peut plus. Elle explique avoir été agressée “et ce n’est pas la première fois que ma soirée est saccagée par des inconnus ultra dominants à qui je n’ai rien demandé”. 

“Je n’y arrive plus. Je n’arrive plus à lire vos témoignages et à les digérer en plus des violences que je vis dès que je mets le pied dehors.” Anaïs est “en colère” et explique que tous les témoignages reçus entretiennent et exacerbent sa rage. Résultat: en rue, dès qu’on lui parle mal, elle réagit. “La plupart du temps, ça ne fait qu’envenimer la situation. (...) Si moi je ne réagis pas, qui le fera?”

“Epuisée et terrorisée”, elle annonce qu’elle ne publiera plus de témoignages sur le Tumblr de Paye Ta Schnek. “Témoigner ne suffit plus: rien n’a changé, les hommes sont toujours aussi violents. (...) Et je n’ai pas de suggestion sur l’étape suivante, je suis aussi démunie que n’importe laquelle d’entre nous.”

Anaïs continuera par contre à travailler sur le podcast Yesss, qui laisse la parole aux femmes qui ont réussi à faire taire ceux qui les insultaient au travail, dans l’espace public, lors d’une relation sexuelle, en famille... À écouter pour se donner du courage.

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).