Photo d'illustration
Plein écran
Photo d'illustration © Getty Images

Un quart de divorces en plus sur la seconde moitié du mois de mai

Dans la seconde moitié de mai, un quart de divorces en plus ont été signés par rapport au même mois l'an dernier, ressort-il des données enregistrées par la Fédération du notariat (Fednot). "Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive dans les semaines à venir", a déclaré jeudi le porte-parole Bart van Opstal.

  1. Les cabinets des sexologues pris d'assaut: “Les couples sont sortis épuisés du confinement”

    Les cabinets des sexologues pris d'assaut: “Les couples sont sortis épuisés du confine­ment”

    Wim Slabbinck, 37 ans, est le sexologue le plus célèbre de Flandre. Il n’a jamais été aussi sollicité que depuis la fin du confinement. Il a 700 consultations par mois. Le coronavirus a fait exploser beaucoup de jeunes couples et a rendu la vie à deux difficile. Le thérapeute essaie de sauver les mariages en difficulté. Il reçoit en groupe au Citadelpark de Gand. Les listes d’attente pour les rendez-vous individuels sont interminables.
  2. Vous aviez participé au Ice Bucket Challenge? Voilà à quoi ça a servi concrètement

    Vous aviez participé au Ice Bucket Challenge? Voilà à quoi ça a servi concrète­ment

    C’était il y a six ans déjà. Le Ice Bucket Challenge faisait fureur sur les réseaux sociaux. Le défi était simple: il fallait se renverser un seau d’eau glacée sur la tête et encourager ses amis à faire de même. Le but? Sensibiliser les gens à la sclérose latérale amyotrophique, une maladie dégénérative. Ellen DeGeneres, Gwyneth Paltrow et autres stars avaient participé à ce défi.
  3. Vendre l’eau de son bain, sa cuillère à soupe ou ses chaussettes sales, le succès de “l’emotionalporn”

    Vendre l’eau de son bain, sa cuillère à soupe ou ses chausset­tes sales, le succès de “l’emotionalporn”

    L’eau de son bain, une paire de chaussettes usagées, sa cuillère à soupe, ses pinces à cheveux ou ses biscuits de Noël, voilà le genre “d’articles” que l’on peut vendre à l’abonné idolâtre sur le réseau social privé OnlyFans, une sorte d’Instagram payant qui établit une ligne directe entre des actrices du X (mais pas seulement) et leurs fans, relate la revue L’ADN.