Plein écran
© getty

Une pilule magique pour oublier la douleur d'une rupture

Le Propranolol est une petite pilule aux pouvoirs magiques. 360 victimes des attentats de Paris, souffrant de stress post-traumatique, l'ont testée dans les mois ayant suivi l'attaque du 13 novembre 2015. Elle permet d'adoucir les émotions. Elle n'ôte pas les mauvais souvenirs mais les rend physiquement et mentalement plus supportables.

Le Propranolol, surnommé "la pilule de l'oubli", arrive en France portée par un médecin canadien. Le Docteur Alain Brunet organise des formations destinées aux médecins français. Il s'intéresse au syndrome post-traumatique depuis une tuerie à l'Université de Montréal survenue en 1989. Il dit avoir mis au point la méthode Brunet qui "transforme un souvenir traumatique en banal mauvais souvenir".

Le Docteur Brunet veut qu'on puisse prescrire ce beta bloquant lors des chagrins d'amour violents. Le Parisien revient sur le cas d'une Française expatriée au Canada. Anne avait trois enfants dans une union heureuse. Elle avait des projets avec son mari: une expatriation au Canada. Elle est partie quelques mois avant lui. Il a finalement décidé de ne pas la suivre. Choquée, Anne a souffert de stress post-traumatique. Elle raconte avoir testé la méthode Brunet et dit que depuis "la blessure reste mais son impact est moins fort".

Le Propranolol a le pouvoir de rendre les émotions moins vives. Il est moins contraignant que les anti-dépresseurs parce qu'il agit plus rapidement. La technique du Docteur Brunet est effectivement rapide. Les patients prennent un beta-bloquant 90 minutes avant une séance de psychothérapie. Lors de la première séance, on leur demande d'écrire les événements traumatiques qu'ils ont vécus avec précision. A chaque séance, ils vont devoir lire cette histoire à voix haute. Les émotions, l'angoisse, la peine disparaissent généralement au bout de quelques séances.