Plein écran
Maria a fait un scandale dans le métro de Barcelone car deux lesbiennes s’embrassaient. © RV

“Vous voir vous embrasser me dégoûte”: une mère s’en prend violemment à un couple de lesbiennes dans le métro

Confrontation musclée dans le métro barcelonais la semaine passée: un couple de lesbiennes s'est fait hurler dessus par une femme qui n’a pas supporté de les voir s’embrasser. Les deux jeunes femmes ont déposé plainte à la police.

L’une des deux jeunes femmes, Carla Gallen, a saisi son téléphone portable pour filmer l’agression homophobe dont elle et sa partenaire ont été victimes. Elle a ensuite partagé les images sur les réseaux sociaux.

“Ma partenaire et moi avons été victimes d’une agression homophobe dans le métro mercredi dernier “, a-t-elle écrit sur Twitter. “Une femme nous a insultées et nous a attaquées parce qu’on s’embrassait.” Carla Gallen regrette également que presque personne ne soit intervenu.

Sur les images, on aperçoit la femme avec une poussette péter les plombs dans la rame de métro, appréciant que très moyennement d’être filmée alors qu’elle fait un scandale. “Qu’allez-vous faire de ces images? Tu dois me respecter et je te respecte. Vos baisers me dégoûtent. J’ai un frère qui est gay, mais au moins il ne s’embrasse pas devant moi. Parce qu’il a du respect pour moi”, se justifie-t-elle.

La mère s'excuse: “Je ne suis pas homophobe, mais...”

Les deux victimes lui font remarquer qu’elle était homophobe et raciste.  “Oui, et alors ?”, répond la mère en furie. “Vous voir vous embrasser me donne envie de vomir.”

“J’embrasse qui je veux, mais tu n’as aucun respect pour nous”, riposte Carla Gallen. “Parce que tu fais ça devant moi, pour l’amour de Dieu”, lui lance la femme. “Si ça te dérange, va-t’en”, lui dit enfin le couple. “C’est vous qui devriez partir”, réagit une dernière fois leur rivale.

La mère en colère, Maria de son prénom, s’est ensuite excusée auprès de la communauté LGBT dans une vidéo diffusée par le journal espagnol “La Vanguardia.” “Je ne suis vraiment pas homophobe. Elle se sont embrassées en public devant des enfants, je devais réagir. Je me fiche qu’elles soient lesbiennes”, a-t-elle assuré.

  1. Le violentomètre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    Le violentomè­tre: pour savoir ce qui est acceptable ou non dans votre couple

    C’est une petite règle qui doit permettre à celles qui doutent du comportement de leur partenaire de mieux formuler leurs pensées. Le violentomètre reprend les comportements qui sont acceptables ou non dans une relation de couple. Ce thermomètre de la violence se divise en trois parties: les comportements d’une relation saine en vert, ceux qui demandent de la vigilance en orange et les comportements qu’il faut arrêter immédiatement en rouge.
  2. Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook pour lister des hommes "à éviter" fait polémique

    Un groupe Facebook néerlandophone rassemblant plus de 300 femmes et intitulé "Foute mannen" ("mauvais gars", dans le sens d'hommes "à éviter") a conduit un des hommes visés à porter plainte en Flandre, pour harcèlement et atteinte à son honneur. L'information est développée vendredi dans les journaux flamands Het Belang Van Limburg et Het Nieuwsblad, alors qu'on apprend que les agissements du groupe en question vont, selon l'Autorité de protection des données, à l'encontre de la législation européenne veillant au respect de la vie privée.
  3. Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Une première rue dotée du nom d'une personne transgenre à Bruxelles

    Le cycliste transgenre Willy De Bruyn (1914-1989), né Elvira, donnera son nom à la fin de l’Allée verte à Bruxelles, située entre la gare de Bruxelles-Nord et Tour & Taxis. Il s’agira de la première rue de la capitale baptisée du nom d’une personne intersexe et transgenre. La rue Willy De Bruyn sera officiellement inaugurée vendredi après-midi en présence de l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), et de l’échevin de l’Egalité des chances, Khalid Zian (PS).